Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 10:19

Nos évêques ont terminé ce dimanche leur semaine d'assemblée plénière à Lourdes. Nombres d'observateurs ont perçu une inflexion de style et, souvent, de contenu dans le discours d'ouverture, prononcé mardi 5 novembre. Il s'agissait du premier texte majeur donné par le nouveau président Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, élu en avril.


Sur le site de Témoignage chrétien, j'ai pu noter comment le nouveau patron de l'épiscopat reprenait les mots et les accents du nouveau pape et comment il avait calmé le jeu dans le débat sur le mariage homosexuel, thème dominant de l'assemblée de novembre dernier.


Il restait à avoir confirmation de cette impression, à travers le discours de clôture, lu ce dimanche 10 novembre. Mgr Pontier y a passé en revue les thèmes majeurs de la semaine lourdaise : sacrement du mariage (hétérosexuel), avortement et éducation affective des jeunes, Europe, et enfin formation des prêtres.


Le portrait robot tracé de ces derniers est très bergoglien. « Ils devront être attentifs à ceux qui souffrent et se trouvent aux marges. Ils seront des hommes de communion, capables de coopérer avec les diacres, les religieuses et les laïcs. C'est en aimant leur peuple, nous le savons bien, qu'ils trouveront leur bonheur profond ». Ce rappel n'est pas innocent quand nombre de séminaristes actuels ou jeunes prêtres affichent l'assurance d'être seuls capables d'apporter la vraie foi dans une société qui ne cesse de s'éloigner de Dieu et dont ils se méfient.


Une des dernières phrases du discours apparaît comme un slogan du mandat de l'archevêque de Marseille. « Nous allons rejoindre nos diocèses, convaincus que le service de l'homme aujourd'hui est toujours au cœur de notre ministère et de la vocation de l’Église ».


Dans l'éternel duo méditation-action, ou contemplation-apostolat, Mgr Pontier a établi sa priorité. Laquelle n'est pas une évidence pour tous. La prière, pour le prélat, doit demeurer un moyen majeur, un appui indispensable pour être tourner vers le prochain.


L'homme, à bien lire Mgr Pontier, comme le Pape François, n'est pas uniquement le fidèle catholique, celui qui va de lui-même vers l’Église et dans les églises. Le chantier proposé aux évêques déborde largement ce monde paroissial, dont le quadrillage, impossible à tenir, demeure pourtant la priorité des aménagements diocésains. Combien de domaines de présence diffuse, gratuite, à la société – on pense ici aux aumôneries de jeunes -, ont été sinistré depuis 20 ans pour assurer la desserte des paroissiens ?


Ce « service de l'homme », que Mgr Pontier veut trouver « au cœur du ministère » de nos évêques français, doit l'être également de celui « de la vocation de l’Église ». Une Église qui doit parler à tous, y compris à la « périphérie » chère au Pape François.


Enfin le terme « homme aujourd'hui » peut révéler une conviction forte d'un pasteur de terrain. L'humanité occidentale actuelle a ses défauts : individualisme, court-termisme, volonté de contrôle absolue... Si l’Église ne cesse de dire ce qu'elle croit juste face à ces postures, elle doit s'adresser aux individus tels qu'ils sont et non tels qu'elle le rêve, à l'image de celui d'hier. Au temps béni où notre monde était, croyait-on, chrétien, car le peuple remplissait les églises. Au temps d'avant la concurrence des autres croyances et, surtout, de l'incroyance.


C'est bien aux habitants de la France de 2013 que Mgr Pontier envoie ses frères évêques. Au travail !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens