Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 22:08

Voici une question étonnante qui dit beaucoup sur ce que deviennent certains cultes catholiques. « Faut-il tolérer les pleurs des enfants à la messe ? ». De tous temps, certaines familles à poussette ont assisté aux offices. Et la plus grande foi familiale n'a que rarement pu empêcher les cris impromptus et les pleurs imprévus.


La Croix de lundi 6 janvier s'est saisie de cette interrogation. Les journalistes du quotidien catholique racontent qu'on peut lire dans certaines églises des Yvelines une « charte », laquelle « recommande aux parents de 'réagir dès le premier cri' » et de ' favoriser les garderies'. À mots couverts, le texte déconseille aussi d’emmener les petits à la messe des jeunes du dimanche soir ». On a beau apprendre que la célébration en question étant destinée aux jeunes – ceux qui n'ont pas (encore) d'enfants braillards sur les bras – elle mérite un silence particulier, le coup est rude.


Ce que l'article reconnaît en citant des parents décontenancés par l'interdit. Comme cette mère de trois enfants de 2, 3 et 5 ans qui répond : « Tous ont leur place dans l’assemblée, au même titre que celui qui chante à tue-tête sans s’apercevoir qu’il chante faux. » On lit aussi les propos de curés qui ne partagent pas cette ambition d'aseptiser les messes au niveau sonore.


Quand il traverse la cour intérieur du presbytère en évitant le ballon des scouts footballeurs, le curé de chez moi conserve un visage radieux. Il préfère clairement réparer un carreau cassé ou panser un nez qui saigne à risquer la disparition de la troupe de louveteaux. Et le ballet de poussettes plus ou moins bruyantes dans le transept de son église le dimanche matin l'émeut plus qu'il ne l'indispose.

Des solutions existent, comme les garderies pour les messes les plus fréquentées. La Croix nous apprend que d'autres pistes existent. Une paroisse de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) « propose une salle sonorisée permettant de suivre la messe sans déranger l’assemblée ». Histoire de ne pas culpabiliser les parents en cas de pleurs ou quand le sein maternel devient l'unique solution.


Il n'empêche que vouloir isoler la messe du bruit et de l'aléa le plus naturel du monde interroge. Veut-on transformer les églises paroissiales en monastère ? Ou considère-t-on que la célébration de l'eucharistie doit être vécue « hors sol », barricadée du monde ?


Il n'y a en revanche aucun risque qu'un jour on interdise aux fidèles de s'endormir- au risque de ronfler – pendant les homélies insipides données sur un ton monocorde. Cette mesure radicale ferait trop de dégât dans l'assistance.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens