Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 14:51

Le Saint-Siège a mené une grande consultation des fidèles en préparation du synode sur la famille prévu en octobre 2014. Je m'en suis déjà réjouis dans ce blog (lire ici).

Les premiers résultats ont été rendus publics en Suisse et en Allemagne. Ils consonent avec les éléments qui remontent de la base en France, telles les études réalisées par la Conférence des baptisés ou la Mission de France). Ces enquêtes montrent que certains règles ecclésiales- au premier chef le non accès au sacrement pour les divorcés-remariés – sont vilipendées par une grande majorité des catholiques des pays concernés.


Décidément secoués par le vent qui souffle du Vatican (ou du moins de la Maison Sainte-Marthe), les épiscopats communiquent des chiffres plus que dérangeants. Ainsi, on apprend que 90% des fidèles suisses veulent que les divorcés-remariés pratiquent sans entraves, et 60% approuverait des bénédictions de couples homosexuels. Dans leur rapport, les évêques allemands notent que la cohabitation pré-nuptiale est « quasi universelle ». Leurs voisins français pourraient en dire autant.


Le constat peut amener plusieurs réflexions. Et des lectures divergentes.


Un béotien des affaires vaticanes pourrait facilement pointer l'autisme des autorités catholiques quand aux mœurs familiales d'une bonne partie de l'Europe. Que l'Eglise qui s'estime, depuis Paul VI, experte en humanité, s'interroge encore en 2014 sur ce que vivent ses ouailles en dit long sur sa connaissance du terrain. La vraiment question n'est plus ce qui se passe mais ce qu'il convient d'en penser.


On rétorquera à cette pique sur deux points. Tout d'abord,le questionnaire était proposé aux Églises du monde entier. Les comportements différent largement selon cultures et continents et une cartographies des pratiques familiales sera fort utile.



Ensuite, plutôt que des déplorer l'apparente naïveté d'une question, il paraît plus judicieux d'observer la dynamique.


Hier, les catholiques étaient censés être dans les clous et la politique de l'autruche était de mise. En octobre, les évêques réunis pour le synode disposeront d'éléments objectifs, non de fantasmes, pour réfléchir et proposer d'éventuelles évolutions réglementaires.


Pour cela, oui, l'ouverture du questionnaire aux laïcs est une bonne chose et il faut féliciter ses promoteurs. La fin du secret dans la circulation des textes entre les épiscopats et le Saint-Siège participent aussi de cette bonne volonté.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

hermeneias 26/02/2014 09:10

C'est ça un sondage , on en tire ce que l'on veut et ce que l'on pense . Et on peut avoir tout les sondages que l'on veut et se trouver tel la poule devant un couteau .

Comme être humain , et plus encore comme chrétien , il serait indispensable de se demander si la majorité doit et peut faire l'opinion et plus encore la vérité et le bien . Le "démocratisme" est une hypertrophie et dérive d'une "démocratie" , la loi du nombre en politique , déjà bien fragile .

Après cela on peut analyser les réponses en tenant compte des échantillons de population sondées et de leur diversité( catégorie des "catholiques pratiquants" ) et enfin du contexte sociologique et culturel

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens