Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 14:03

La désobéissance civile est un sujet passionnant pour le philosophe et pour le militant. A ce double titre, le chrétien est concerné par ce dilemme entre loi civil et conscience personnelle. Jusqu'au peut-on aller ? Quelles cause méritent que l'on prennent des risques ?


Le 11 juin, Le P. Gérard Riffard, prêtre du diocèse de Saint-Étienne a du répondre à ces questions. La justice des hommes lui reproche d'avoir accueilli des étrangers sans-papiers, durant plusieurs mois dans une salle paroissiale, en 2013. Et d'avoir persévéré après publication d'un arrêté municipal lui interdisant de poursuivre.


Après avoir abrité ces infortunés chez lui de nombreuses années, Gérard Riffard a du, débordé par le nombre, les loger dans un local paroissial. Pour ce faire, il y a quatre ans, il a créé avec des paroissiens l'association Anticyclone.


La correspondante à Lyon de Libération Catherine Coroller, anciennement en charge des questions religieuses pour le quotidien, raconte (lire son article ici ) les échanges entre le président du Tribunal et le prêtre durant l'audience. «Vous créez un appel d’air en faveur du puits sans fond qu’est l’immigration clandestine». «Je ne vois pas en quoi le fait de proposer à des gens de dormir par terre sur un matelas qu’ils doivent partager avec d’autres peut créer un appel d’air».


«Il y a des règles à respecter. Notre société étant très bien faite, on ne peut pas accueillir un nombre de personnes qui commence à être important dans un lieu pas adapté». «On est dans une société passablement désorganisée. Il y a un conflit entre la loi et l’obligation qu’on a à ne pas laisser des gens dehors en situation de danger», répond le prêtre, qui indique que la salle a été équipée : détecteurs de fumée, extincteurs, issues de secours.


Le tribunal de police a requis 50 euros d'amende par jour d'infraction, soit 12.000 euros. Le jugement a été mis en délibéré au 10 septembre.


Le prêtre n'est pas seul dans son combat. Il est soutenu par les membres d'Anticyclone, l'ONG Service jésuite des réfugiés (voir ici) et...Mgr Dominique Lebrun. Quelques jours avant l'audience, l'évêque de Saint-Étienne a publié un communiqué clair et ferme (lire ici ).


« Que doit faire un prêtre, un chrétien : laisser des personnes à l’insécurité de la rue ou bien leur ouvrir sa modeste porte ?, interroge le prélat, qui est également l'évêque accompagnateur de l’aumônerie catholique des prisons. « L’engagement du P. Gérard Riffard et de l’association Anticyclone ont leur source dans l’Évangile et l’attitude de Jésus. Je soutiens le P. Riffard dans son action d’accueil et d’accompagnement ».


Mgr Lebrun , complice de rébellion, conclut son bref message en s'appuyant sur l’Évangile. « 'Tu aimeras ton prochain comme toi-même … et moi, je vous le dis, aimez vos ennemis' : ce sont deux paroles de Jésus qui constituent la loi suprême que nous proposons à la société, et que nous voulons essayer de vivre ».


L'an passé, on a beaucoup entendu parlé de désobéissance civile chez les opposants à l'ouverture du mariage aux homosexuels. La base évangélique était alors moins évidente que celle qui anime le P. Riffard et les milliers de chrétiens français qui risquent des sanctions pour leur action aux côtés des étrangers clandestins.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens