Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 15:04

Est-on libre de choisir sa paroisse ? En voici une bonne question, posée par La Croix (samedi 28 juin, en ligne ici pour les abonnés uniquement) au P. Luc Forestier, oratorien. Celui-ci est tout indiqué pour répondre car il cumule la responsabilité de recteur du sanctuaire Saint-Bonaventure à Lyon, animé par sa congrégation, et de professeur d'ecclésiologie à la Catho de Paris.


Le P. Forestier rappelle l'importance de l'appartenance paroissial pour certains actes (baptêmes, mariages), mais indique que cela n'oblige en rien les chrétiens à pratiquer le dimanche dans un même lieu. « Depuis bien longtemps, il existe bien d'autres manière de nourrir sa vie chrétienne », affirme-t-il avant de lister : les monastères, les scouts, le MEJ, le Secours catholique, les pèlerinages, la communauté de l'Emmanuel. Un beau catalogue de la diversité de l’Église.


Citant le Pape François, le P. Forestier insiste sur la nécessité que « ces mouvements, communautés, groupes de spiritualité gardent un contact avec la paroisse, mais surtout soit intégré à la pastorale d'ensemble du diocèse, dont l'évêque est le garant ». L'unité dans la diversité est possible, mais autour du personnage central qu'est l'évêque. Et qui le sera de plus en plus à l'avenir, quand le maillage paroissial sera encore davantage distendu. C'est à dire demain.


Pour l'ecclésiologue, « l'émulation entre divers lieux spirituels d'une grande ville est heureuse ». Il n'y a donc pas lieu de condamner le principe de la paroisse d'élection et non de quartier. Dans les grandes villes, nombre de fidèles choisissent leur lieu de culte en fonction des célébrants et du style liturgique pratiqué. On pourra ajouter que, par ces temps de pratiques faibles, l’Église aurait intérêt à se réjouir de ses paroissiens qui migrent d'églises en églises, quand tant d'autres abandonnent.


Le P. Forestier l'évoque en une phrase dans son texte : il s'agit là d'une question de riches. Dans beaucoup d'endroits de France, les solutions pour un paroissien mal à l'aise dans son clocher habituel sont moins attirantes : faire 20 km en voiture, se contenter du Jour du Seigneur ou de la messe de France Culture... ou de rien du tout.


Pour les ruraux depuis longtemps déjà, se pose ici la question de la desserte eucharistique. La seule réponse communément donnée - prier pour faire naître davantage de vocations masculines – donne des résultats plus que mitigés. En cette année 2014, 82 nouveaux prêtres diocésains ont été ou seront ordonnés, et encore moins de diacres en vue du sacerdoce pour la cuvée 2015 (voir ici le communiqué statistique de l'épiscopat).


Quand il n'y aura plus de paroisse à proximité de chez soi, la question du choix aura disparu. Sauf si d'ici là, le modalité de réunion communautaire dominicale sans prêtre revient en grâce. Avec ou sans hostie consacrée. Un principe de réalité, difficile à admettre pour les responsables d'une religion jadis omniprésente.


Il s'agit pourtant d'un fonctionnement que connaissent de nombreux territoires animés par des missionnaires. Lesquels se réjouissent de trouver des communautés vivantes quand ils viennent, de temps en temps, célébrer l'eucharistie avec elles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens