Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:52

Alors que nous venons de vivre la saison des ordinations, laquelle a révélé la démographie inquiétante des ministres diocésains, Mgr Claude Dagens, évêque d'Angoulême, vient de lancer un nouveau pavé dans la mare. Dans une tribune (voir ici) publiée mardi 8 juillet dans La Croix, le prélat académicien s'en prend à une certaine manière de procéder pour obtenir, on pourrait dire recruter, des prêtres aujourd'hui en France.


« La pastorale des vocations n'est pas une une stratégie ». Rien que le titre sonne comme un critique des façons de faire de certains évêques champions dans l'accueil de séminaristes. On peut penser ici à Mgr Dominique Rey, qui réalise chaque année des miracles numériques dans le séminaire de son diocèse de Fréjus-Toulon, que fréquentent de nombreux jeunes venus de partout.


Habitué à déplorer l'absence de séminaristes charentais, Claude Dagens voit arriver pour l'an prochain trois candidats au parcours menant à la prêtrise. « Je ne les ai pas rencontré comme un chef d’entreprise qui embaucherait des employés pour des contrats à durée plus ou moins déterminée ». L'évêque a souhaité « discerner en eux le travail de Dieu, pour envisager avec eux la meilleur façon de poursuivre leur route de baptisés, de chrétiens, d'hommes désireux d'aller de l’avant dans la connaissance d’eux-mêmes et du Corps du Christ ».


À l'entendre, l'évêque d'Angoulême n'aurait eu aucun mal, et sans doute l'a-t-il fait par le passé, à dissuader ces candidats au sacerdoce, si leur projet n'avait pas été le meilleur. D'abord pour eux, ensuite pour le service de l’Église et des fidèles. Autrement dit, la politique du chiffre lui est étrangère, voire malsaine.


« Que serait la pastorale des vocations si elle était une technique de recrutement, avec des agents recruteurs et des réseaux d'influence ? » À qui pense donc Claude Dagens en écrivant ces lignes ? Et il poursuit : « Que deviendraient les hommes pris dans ces réseaux et qui s'apercevraient un jour que l'on s'est servi d'eux ? ». Ce « management spirituel », il n'en veut pas.


Comme il a pu parler, il y a peu, de deux types ce catholiques, divisés dans leur capacité de dialoguer avec le monde (voir ici son interview dans Témoignage chrétien, après l'affaire Brugère), il propose à nouveau deux conceptions de l’Église.


Dans la première, il est question de système de pouvoir, d'efficacité, de « rentabilité spirituelle et pastorale ». Et Dieu est alors défini, par lui, comme « principe d'ordre supérieur, promoteur suprême d'un système qui marche et qui s'impose par ses réussites visibles ». Une sucess-story catholique, pourrait-on traduire en terme d'aujourd'hui. Et un retour au temps béni, très largement mythifié, de la chrétienté glorieuse.


Ce visage, l'évêque d'Angoulême le récuse sans aucune timidité depuis quelques mois, Il en propose un autre avec une Église « corps du Christ, toujours blessé, mais vivant et vivant de la charité du Christ ». Dans ce cadre, les évêques ne sont pas des « chefs triomphants », forts de leurs statistiques, mais « des veilleurs et des lutteurs ».


Il s'explique aussitôt sur des termes qui paraissent appartenir au camp qu'il dénonce. « Des lutteurs pour que rien n'empêche la charité du Christ d'être l'âme de l’Église, dans toutes ses activités et ses missions ». On retrouve là, à peine voilé, la dénonciation de la mobilisation surdimensionné contre la Loi Taubira l'an passé. Si l'on considère que ce mouvement, et les propos qu'il a fait naître en son sein, n'a pas posé la charité du Christ comme principe premier.


Celui qui est devenu l'ennemi numéro 1, non seulement des réseaux identitaires d'extrême-droite mais d'une partie du catholicisme français, introduit son dernier paragraphe par une pointe d'humour lucide : « Au risque d'aggraver notre cas ». Il peut alors affirmer se référer à Jésus-Christ, non pas « comme à valeur à défendre », mais « comme une personne que nous n'en finissons jamais de connaître et d'aimer ».


Pour conclure, l'évêque-académicien se place sous la protection de celui qui est son plus grand espoir en ces temps de tensions hexagonales : le pape François, en reprenant le titre de son exhortation apostolique. « Alors la 'joie de l’Évangile' n'est pas un vain mot ».


Si ces trois jeunes séminaristes sont un jour ordonnés pour le diocèse d'Angoulême, Claude Dagens n'en sera plus le pasteur. Mais il n'est pas près de renoncer à défendre sa conception d'une Église, « dont nous ne sommes pas les maîtres ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Édouard 19/07/2014 23:37

Voilà l'Eglise que j'aime, inclusive et humble à la suite de Jésus.

Édouard 19/07/2014 23:36

Voilà l'Eglise que j'aime, inclusive et humble à la suite de Jésus.

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens