Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 21:10

Le diocèse de Chicago est le troisième le plus peuplé des États-Unis. Samedi 20 septembre, le pape François a nommé à ce poste prestigieux Mgr Blase Cupich, précédemment évêque de Spokane (État de Washington) et président de l'Association nationale pour l’Éducation catholique. Le futur cardinal, contrairement à son prédécesseur le très conservateur Francis George, semble être bien dans l'esprit d'ouverture de l'évêque de Rome.


En 2012, alors que l'épiscopat étasunien bataillait contre la réforme du système de santé promu par le Président Obama (notamment autour du remboursement de l'interruption volontaire de grossesse et de la contraception), l'évêque de Spokane s'était montré plus conciliant. Dans la revue jésuite (et libre) America, il avait écrit un texte intitulé « restons civil ». Il y appelait au dialogue avec l'Administration de Washington, avançant même que la crise offrait une chance de trouver un « terrain commun ». Autrement dit, l'avenir de Mgr Cupich, 65 ans, était clairement bouché sous le pontificat de Benoît XVI ?


Une interview donné à l'hebdomadaire National Catholic reporter (ici) peu après sa récente nomination nous donne à voir un prélat décidé à voir bouger l'Église. « Nous n'avons pas toutes les réponses aux problèmes épineux et aux difficultés auxquels nos devons ans, faire face. Mais cela ne doit pas nous paralyser et nous empêcher d'essayer d'évoluer vers l'avant, car c'est dans l'inconnu profond que nous rencontrer vraiment le Christ ». Aux frontières dirait l'ancien archevêque de Buenos-Aires.


A l'annonce de cette nomination inattendue, après « avoir passé une bonne nuit », et une heure de prière, il raconte avoir réalisé qu'il ne devait pas être inquiet du fait « qu'il allait certainement commettre quelques erreurs ». Comme un être humain normal. Dans la même veine, le nouvel archevêque de Chicago, se définit comme « le fils de ses parents », auprès desquels il a appris qu'il « n'avait pas toute les réponse à toutes les questions, mais que Dieu pourvoie à toutes les situation quand on lui fait confiance ». Du bon sens.


Et de citer le Pape : « Les réalités sont plus fortes que les idées ». Cela sonne comme un slogan facile pour étudiants en école de commerce. Mais de nombreux responsables d'Église fonctionnent rigoureusement à l'envers de ce principe, en tentant de faire rentrer la réalité dans leurs principes. « Le pape nous donne une nouvelle façon d'apprendre, de connaître, de nous informer ». Une modestie qui manifestement plaît à Mgr Cupich.


Le nouvel archevêque a choisi d'être installé à la Cathédrale de Chicago le 18 novembre. Pas uniquement car il s'agit de la fête de la dédicace des basiliques romaines Saint-Pierre au Vatican et Saint-Paul hors-les-murs, mais aussi celle d'une religieuse, Sainte Philippine Duchesne (1), fondatrice des Dames du Sacré-cœur. « Je me souviens du nom de chaque religieuse qui m'a fait la classe. Ma mère pouvait en faire de même lors des dernières années de sa vie ». Un hommage toute simple de la part d'un évêque qui n'oubliera pas ce que l’Église doit aux femmes.

(1) Elle est née en 1769 à Grenoble et mourut en 1852 aux États-Unis.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens