Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 08:13

La grande affaire de l'automne du petit monde catho sera sans contexte le synode des évêques consacrée à la famille, du 5 au 19 octobre prochain. Nous en avons déjà parlé (ici et ici) et ce n'est fini. En attendant d'étudier les idées en présence, l’événement de la semaine passée a été la publication de la liste des participants.


Outre les membres de droits, présidents de conférences épiscopales, responsables de la Curie, supérieurs religieux, on attendait bien sûr les nominations de laïcs. Et la cathosphère s'est réjoui de la présence parmi eux de couples. Pour parler de la famille, rien n'est plus légitime, pense-t-on.


Ce qui n'est pas en évidence chez nous. La Conférence des évêques de France vient de publier un document sur « La préparation au mariage dans le contexte de la nouvelle évangélisation » (voir la présentation ici), fruit du travail d'un groupe ne comportant que des prêtres et des évêques !!!


Revenons au synode romain. Treize couples seront présents comme auditeurs. Sans prise de parole, ce qui est normal puisqu'il s’agit d'un rassemblement d'évêques. Un couple interviendra comme expert. Sébastien Maillard, pour La Croix (10 septembre, lire ici pour les abonnés), précise leur provenance : « responsables d’Équipes Notre-Dame, membres d'un conseil de planning familial « naturel », un couple de médecins engagés dans la pastorale familiale ou d'autres encore investis dans des mouvements d’Église en lien avec la famille ». Bref des couples bien comme il faut, bien dans les clous...


Comme le confrère de La Croix est un journaliste sérieux, il a interrogé « la » référence en matière de féminisme vaticanesque, l'historienne et journaliste Lucetta Scaraffia (voir un portrait d'elle ici, créatrice du supplément féminin mensuel de l'Osservatore romano. D'autant que celle-ci avait été missionnée pour recruter des femmes pour l'assemblée. Et Sébastien Maillard n'a pas été déçu.

« C'est le clergé qui pense en terme de couples mariés, pas le monde laïc, a répondu Mme Scaraffia Un couple en soi ne parle pas. Chacun composant le couple s'exprime, mais il ne le fera pas de la même manière en venant en couple ».


Elle-même divorcée, Lucette Scaraffia pointe une réalité que l'organisation du synode a un peu oublié : la famille est histoire d'individus d'abord, qui tentent et réussissent, ou pas, une aventure à deux. Quand on interroge un couple catholique, l'un parle (l'homme le plus souvent) et son ou sa partenaire acquiesce. La « parole du couple » n'est pas libre, mais d'abord normative. Il ne semble pas nécessaire d'être diplômé de psychologie conjugal pour le sentir.


Les mouvements d’Église peuvent s'interroger sur leur propension à donner des responsabilités à des couples. Mêmes les Équipes Notre-Dame, promotrices d'une spiritualité conjugale. Si deux personnes, aussi proches et complices soient elles, pensent, parlent et agissent pareillement, la suspicion est forte que l'une, dominante, prenne le pas sur l'autre, silencieuse. Une situation qui peut mettre en difficulté le duo. Et ceci au-delà de sa responsabilité ecclésiale.


On ne peut penser que l’Église catholique veuille le moindre mal à cette cellule à qui elle attribue toute les vertus de l'humanité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

prédication 19/12/2014 16:24

Ce que vous dites est très juste, qu'il s'agisse d'un couple d'amoureux, d'amis ou d'ennemis, il y en a toujours un qui prend le dessus, qui domine. Même chez les jumeaux, l'un est toujours dominant de l'autre. A certains moments, la tendance peut s'inverser mais la relation ne sera jamais d'égal à égal.

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens