Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 08:49

L'association française des sciences sociales des religions (voir leur site ici) (AFSR) n'est pas connue pour réunir des charlatans et des humoristes, mais plutôt des sociologues, anthropologues et philosophes intéressés par le champ religieux.


Alors que certains croyants (ou prétendus tels) se font remarquer cet été pour provoquer plus de larmes que de bonheur (au Proche-Orient et au Moyen-Orient, en Afrique,..), cette honorable confrérie consacre le 31 octobre à Paris une journée d'études au thème « Rire et religions » (voir l'appel à contributions ici).


Les organisateurs détaillent les sujets qu'ils proposent aux intervenants : rire et modernité religieuse ; rire et distance réflexive; rire et transgression (sacrilège, blasphème, tabous etc.); Rire et violence ; rire et persécution ; rire et controverse; le rire dans les pratiques, cultes, rites religieux ; rire et possession, etc.


Ce n'est pas la première fois que l'on s'intéresse à la question. En 2005, l'affaire des caricatures de Mahomet, dans un journal danois puis relayées par Charlie Hebdo a montré que, parfois, des postures se voulant humoristiques pouvait avoir des conséquences fâcheuses, et pas seulement au niveau diplomatique.


À la question « Peut-on rire des religions ? », Frédéric Lenoir répondait « oui, cent fois oui », dans un éditorial du Monde des religions (mars-avril 2006, voir ici). Le philosophe écrivait alors : « Les croyances et les comportements religieux ne sont pas au-dessus de l’humour, ils ne sont pas au-dessus du rire et de la caricature critique ». Des propos évidents, qui ne le sont sans doute pas, sans quoi il n'eût pas été nécessaire de la préciser.


Des limites existent à cette liberté. Celle de la loi, qui proscrit les propos racistes ou antisémites. Frédéric Lenoir avance une autre restriction. « Nous nous sommes toujours refusés à publier un dessin bête et méchant, qui ne délivre aucun message donnant à réfléchir, mais qui vise seulement à blesser ou à détourner de manière gratuite une croyance religieuse, ou bien encore qui confonde tous les croyants d’une religion, par exemple à travers la figure de son fondateur ou de son symbole emblématique ».


Le directeur d'alors du Monde des religions ajoute à cette exigence le devoir de ne pas « faire abstraction des enjeux contemporains. Sa responsabilité morale et politique va au-delà du cadre juridique démocratique ». Selon lui, la responsabilité de la presse consiste aussi à « faire preuve de compréhension et de conscience politique ».


L'islamologue Tariq Ramadan ne dit pas autre chose. « Je me battrai pour que tous les dessins puissent être publiés, mais nous ne devons pas oublier qu’au sein de toute société, une psychologie collective prévaut, liée aux histoires et aux blessures. En vivant ensemble, nous avons l’idée de ce qui pourrait choquer différents éléments de notre société » (Revue Médias, juin 2099, dans un dossier comportant également des interventions de Jean Plantu, Guy Bedos et Jean-Louis Schlegel, voir ici)


Quel est donc ce contexte particulier qui fait que certains propos passaient sans souci il y a quelques années et mettent le feu aux poudres aujourd'hui ? L'avènement de courants politico-religieux, qui ne pensent les sociétés qu'en fonction de leur foi et de leur lecture des textes sacrés, au détriment des principes démocratiques et de l'idée du vivre-ensemble occidental est, on le sait, la cause de cette évolution. Cette réalité sévit dans le monde islamique, mais pas uniquement. Il convient d'ajouter, comme facteur de tension, la persistance du conflit israélo-palestinien.


Le dessinateur Jean Plantu, toujours dans la revue Médias, se souvient de plusieurs images diffusées hier et inenvisageables aujourd'hui. Dans les années 50, écrit-il, on pouvait montrer une imam qui drague les filles dans la presse égyptienne. Haderer, dessinateur autrichien, a représenté Jésus faisant de la planche à voile, sans souci dans son pays. « En revanche, l’Église orthodoxe grecque lui a intenté un procès. Si, un jour, Haderer met un pied à Athènes, il ira directement en prison », écrivait Plantu, prouvant que la fermeture à l'humour n'est pas une exclusivité musulmane.


Tariq Ramadan souhaite lui éviter la judiciarisation des conflits entre médias et autorités religieuses. Et en appelle à l'intelligence. « Il est légal de se moquer de la souffrance des Juifs, mais il est stupide de le faire. Notre monde change et les sensibilités changent également. Notre sensibilité collective doit intégrer ces sensibilités particulières ; elle doit le faire par le débat critique, non par la loi ».


Dans ce débat critique, les chercheurs de l'AFSR ont toute leur place. Et on aimerait les entendre davantage que les juges pour régler ces tensions, marques de notre époque d'hyper sensibilité religieuse.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens