Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 12:18

« Le Pape appelle les chrétiens à sortir de l'enfouissement ». Voici le titre d'une dépêche de Radio Vatican, après l’Angélus du dimanche 16 novembre (lire l’intégralité ici ). Le pape François y avait commenté la parabole des talents (Mt 25, 14-30).


Quand on parle d'enfouissement, et pour critiquer cette posture chrétienne, mon sang de catho de gauche ne fait qu'un tour. Voici que resurgit le fameux procès. Qui plus est de la part de celui qui redonne des couleurs aux enfants du Concile, étouffés par l’ecclésiologie de l'affirmation des années Benoît XVI.


La théorie de l'enfouissement, portée notamment par l'expérience des prêtres ouvriers, consiste à vivre au milieu des gens, notamment dans leur cadre de travail, sans se présenter d'abord comme chrétien. C'est par le témoignage de fraternité en humanité (via l'engagement syndical souvent), l'altruisme et l'attention à l'autre, que peut naître – ou non - l'interrogation sur ce qui pousse ainsi ce camarade particulier. C'est alors que la foi peut être dite. Et c'est ainsi, pensent toujours certains catholiques, que l’Évangile du Christ peut retentir.


Il fallait donc y voir de plus près sur cet appel à « sortir de l'enfouissement ». Et regarder les enseignements tiré par François de cette parabole dans laquelle un « méchant » a enfoui l'argent que son maître lui avait confié sans tenter de le faire fructifier, par peur du risque et par paresse. Écoutons.


« Jésus ne nous demande pas de conserver sa grâce dans un coffre-fort, mais veut que nous l’usions à l’avantage des autres. Tous les biens que nous avons reçus sont faits pour les donner aux autres. C’est comme s’il disait : « Voici ma miséricorde, ma tendresse, mon pardon : prends-les et fais-en un large usage. » Et nous qu’avons-nous fait ? Qui avons-nous « contaminé » avec notre espérance ? Combien d’amour avons-nous partagé avec notre prochain ? Ce sont des questions qui nous feront du bien ! »


Qu'est ce que le pape demande de ne pas cacher ? Sa bannière ? Son croix ? Son étiquette ? Non. François dresse la liste de ce que des croyants dans le Christ doivent partager : miséricorde, tendresse, pardon, espérance, amour. Nul ne dit que ces valeurs pleinement évangélique ne peuvent être porté qu'en arborant avec un T-shirt « je suis catho et fier de l'être ».


« Cette parabole, a dit François, nous encourage à ne pas cacher notre foi et notre appartenance au Christ, à ne pas enfouir la Parole de l’Évangile, mais à la faire circuler dans notre vie, nos relations, dans les situations concrètes, comme une force qui met en crise, qui purifie, qui rénove ».


C'est bien la parole de l’Évangile qu'il ne faut pas enfouir, non le label catho. Et le pape ne prétend pas ici donner la recette unique pour qu'elle soit proclamée, et surtout entendue. Dans certains cas, l'affirmation préalable de son appartenance religieuse et de ses convictions est sans doute un atout pour que le message passe. Dans d'autre, elle peut, on le regrette, provoquer le rejet.


Chacun doit user de son bon sens pastoral. Les prêtres, pour parler d'eux, doivent estimer s'il est plus efficace de de promener en pull-over, en veste avec un croix discrète au revers, avec un col romain ou en soutane. Même si l'on devine ma préférence en la matière.


Le pape est suffisamment au fait des diversités pour ne condamner ici aucune des attitudes pastorales de ceux qui veulent porter la Bonne nouvelle à tous et partout.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens