Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 17:28

La scène se passe dimanche 19 avril, gare Saint-Jean à Bordeaux. Je consulte le grand panneau d'affichage des départs et je lis sur plusieurs lignes successives : train de pèlerinage. La destination n'est pas mentionnée tellement dans le Sud-Ouest elle est évidente : Lourdes.


Au lendemain de la Semaine sainte, comme tous les ans, la saison des pèlerinages démarre à Lourdes. Les rideaux de fer des pensions de famille, fermées tous l'hiver, se lèvent pour attendre les premiers groupes. Les demandeurs d'emplois de la région vont trouver de l'embauche dans la restauration.


Venus des diocèses de France, d'Italie et d'ailleurs, des chrétiens vont vivre des journées particulières autour du Gave. Et vont retrouver courage grâce à l'histoire extraordinaire de la jeune bergère qui fait du bien, depuis un siècle et demi.


On sait que les pèlerins, quelles que soient leurs souffrances en arrivant, repartent tous de la cité mariale fortifiés, dans leur foi, leur cœur ou leur moral. On oublie souvent dans les statistiques sur la pratique religieuse cet élément non négligeable : les pèlerinages font recette. Moment souvent unique dans l'année, attendu et préparé, le séjour à Lourdes (ou à la Lisieux, Paray...) est une manière de montrer son attachement à la tradition catholique pour des personnes peu assidues à la pratique dominicale ou la prière personnelle.


Comme la pastorale des jeunes mise beaucoup depuis quelques années sur les temps forts (JMJ, rassemblement diocésains ou régionaux), la proposition du pèlerinage demeure très valable pour certains fidèles qui ont besoin d'événements fort en émotion et en expérience collective forte pour faire vivre leur foi. Les groupes emmenés par le Secours catholique à la Cité Saint-Pierre sur les hauteurs de la ville en sont la preuve.


Dernière réaction en observant cette annonce en gare : les trains de pèlerinage existent toujours. Dans sa politique de réduction des coûts, la SNCF est moins disposée à proposer des tarifs avantageux aux organisateurs de pèlerinages L’Église de France est mobilisée pour conserver de bonnes conditions de voyage. Les voitures aménagées pour les personnes alitées ou en fauteuil, si elles offrent un confort incomparable pour les malades, résistent difficilement aux froides logiques économiques (peu de personnes transportées, utilisation la moitié de l'année).


Je veux croire que la notion de service publique garde du sens chez certains dirigeants de la SNCF. Et j'espère voir encore longtemps dans les panneaux des gare l'annonce de trains de pèlerinage.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens