Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 21:52

Toute la semaine, la bataille Valls Bianco a fait rage. Le premier ministre a ouvertement attaqué le président de l'Observatoire de la laïcité, le miterrando-hollandais Jean-Louis Bianco, l'accusant de fréquentations musulmanes douteuses et d'angélisme. La Croix de vendredi 22 janvier propose un bon résumé de la polémique (voir ici). Et le quotidien catholique prend position nettement pour la laïcité large et bienveillante de Jean-Louis Bianco, face à l'intransigeance du locataire de Matignon (lire ici l'éditorial de Dominique Greiner).


Soyons clair, je suis sur cette ligne, défendant le travail de l'Observatoire. Quand Valls était ministre de l'intérieur, j'avais pointé son autoritarisme face à la communauté musulmane de France en décortiquant son discours lors de l'inauguration en 2012 de la Grande Mosquée de Strasbourg (voir ici).


Je vois dans cette passe d'arme, comme d'autres observateurs, le positionnement d'un possible candidat à une certaine élection prévue en 2017. Je vous recommande l'éclairage de mon camarade, l'historien Vincent Soulage, « Le laïcarisme, brevet de socialisme ? » (voir ici). A travers Bianco, c'est bien Hollande qui est visé. Lequel, comme souvent, ne dit rien. Avec naïveté, on pourra regretter que certains hauts dirigeants soient prêts, pour leur intérêt personnel, à souffler sur les braises d'un dossier sensible.


Pendant ce temps-là, la Fédération des médias catholiques tenait son congrès annuel, à Annecy, patrie de François de Sales, saint patron des journalistes. Et la question a été évoquée, notamment par la présidente de l'association Coexister , structure très proche de l'Observatoire de la Laïcité. Radia Bakkouch, étudiante franco-marocaine, a rappelé que la polémique reprenait, plus d'un siècle après, le débat opposant le « libéral » Aristide Briand au très intransigeant Emile Combes. On sait que le premier obtiendra gain de cause pour faire de la Loi de 1905 un cadre de liberté plus que de lutte anti-religieuse.


Mais l'intervention la plus forte pour défendre la laïcité française est venue d'un fils d'un des pays européens... les moins laïcs. Il s'appelle Alexandre Siniakov, il est russe et prêtre de l'Eglise orthodoxe russe (voir son portrait ici) . Il dirige depuis sept ans en banlieue parisienne un séminaire, au sein duquel il forme de futurs formateurs de prêtres. Il les envoie parfaire leurs humanités dans les grandes universités parisiennes... publiques.


Le P. Siniakov intervenait dans une table-ronde intitulée : « Quelle place pour toutes les religions dans la société française ? », avec Mohammed Chirani, consultant en politique publique ; Marion Muller-Collard, théologienne protestante et le journaliste juif Salomon Malka (1).


Il a commencé par se mettre l'auditoire de journalistes dans sa poche. « Quand vous parlez de collusion entre l'Église et l'État russe, vous n'avez pas tord ». Puis, le prêtre, au français impeccable après 17 de présence dans notre pays, avec une pointe d'accent, s'est lancé dans un plaidoyer enflammé pour le modèle tricolore. « La laïcité à la française a fini par me séduire. C'est la manière idéale de concevoir la religion. Votre séparation entre le temporel et le spirituel représente la seule solution, la plus évangélique. Cela sauve la religion, comme cela sauve l'Etat. »


Le P. Siniakov a raconté comment, malgré les coups de froid diplomatiques entre nos deux pays, les projets de l'Église orthodoxe russe – comme la cathédrale de Nice récemment ouverte – ont toujours été soutenus par les autorités. « Les religions ont toute la liberté de s'exprimer, d'agir, de témoigner, de construire en France », a-t-il affirmé.


On sent ce jeune russe de 35 ans plus proche de Jean-Louis Bianco que de Manuel Valls.


(1) Je recommande chaudement la lecture de l'enquête réalisée avec son frère Victor, également journaliste, et récemment publiée chez Albin Michel : « Le grand désarroi. Enquête sur les juifs de France »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mimi 07/02/2016 11:59

L'auteur Sandrine Desse, dans son roman Charlie profané, livre une réflexion assez iintéressante à ce sujet:
" Les religions m’indifférent profondément. Il n’existe pour moi que des humains dont le droit essentiel est de vivre en pensant ce qu’ils veulent sans avoir à risquer leur vie pour ça. Et c’est ce que la laïcité avait presque réussi à accomplir. Aidé de la science, l’homme avait tué le merveilleux et la sagesse qui seule peut permettre le véritable vivre ensemble était enfin à portée de main. Et aujourd’hui, ce sursaut de délire mystique remet en cause des siècles de combat silencieux et sans violence. Tous les discours que nous pourrions faire pour inciter l’homme à la raison seraient inutiles. L’être humain a besoin de merveilleux autant que de nourriture. C’est la seule chose que la laïcité n’a pas pu lui fournir. C’est notre seule faiblesse."

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens