Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 21:45

Le jour de Pâques, plus de 60 personnes ont trouvé la mort à Lahore (Inde) dans un attentat clairement dirigé contre les chrétiens locaux. Cette triste réalité n'a pas été mentionnée dans le message du président Hollande.


En Grande-Bretagne, l'adjectif « chrétien » semble tout naturel au Premier ministre David Cameron. En, ce même jour de Pâques, le dirigeant conservateur a affirmé : « Nous sommes un pays chrétien et nous en sommes fiers ». Pour lui, pas de doute, les valeurs du pays - « responsabilité, travail, charité, compassion, fierté de travailler pour le bien commun », sont « des valeurs chrétiennes ».


Cette déclaration est diversement appréciée de l'autre côté de la Manche. Une critique vient du monde évangélique, peu enclin pourtant à mettre sa foi dans sa poche, qui plus est en terre concordataire. Ainsi le site internet des Evangéliques du Bas-Rhin, qui fédère 15 Eglises et 13 associations de l'agglomération de Strasbourg (lire leur réaction ici), récuse l'idée de pays chrétiens « que ce soit pour l’Angleterre, la France, ou tout autre pays, qui relève d’une confusion entre le spirituel et le temporel ». Pour eux, le terme de racines chrétiennes est bien suffisant.


Le Premier ministre britannique est coutumier du fait. En janvier 2012, le blog religieux de Ouest France signalait qu'il avait déclaré « La Grande-Bretagne est un pays chrétien et personne ne doit avoir peur de le dire » (post disponible ici). Loin d'y voir un danger d'exclusion d'autres confessions, David Cameron affirmait alors que « la tolérance que le christianisme exige » offre « plus de place aux autres religions » dans son pays.


Il accordait l'essentiel des mérites non pas aux institutions religieuses, en perte de crédit comme chez nous, mais à la Bible. Laquelle dans sa bouche semble un livre exclusivement chrétien ! Livre majeur et pour comprendre le passé et pour « construire l'avenir collectif », la Bible a donné, dixit Cameron, la « structure de langage » du pays, celle que « nous vivons et respirons, sans même parfois nous en rendre compte ». Elle a apporté des bienfaits en politique : « droits de l'homme et de l'égalité, monarchie constitutionnelle et démocratie parlementaire ». Enfin, le Livre des livres a apporté à la Grande-Bretagne « une série de valeurs et une morale qui sont à la base de ce qu'elle est aujourd'hui » et qui méritent d'être défendues.


On n'ose imaginé pareil propos dans notre République. Aux peuples épris de laïcité, David Cameron faisait justement la leçon. Selon lui, il est « beaucoup plus facile de croire en d'autres religions et de les pratiquer en Grande Bretagne, quand celle-ci s'appuie sur sa propre identité chrétienne ».


Arrivait alors la pique anti-française : « Beaucoup de gens me disent à quel point c'est plus facile d'être juif ou musulman en Angleterre que dans un pays laïc comme la France. Pourquoi? Parce que la tolérance que le christianisme exige de notre société donne plus de place aux autres religions et parce qu'un grand nombre des valeurs d'une société chrétienne sont partagés par des personnes de toutes les religions ou d'aucune religion ».


Le militant laïque français qui aura survécu à ces arguments sera sans doute achevé par une dernière conviction que portait, en 2012, l'hôte du 10 Downing Street. « Pour moi, le christianisme, la foi, la religion, l'Eglise et la Bible sont toutes intrinsèquement impliquées dans la politique, dans la mesure où tant de questions politiques sont des questions morales ».


On pourrait penser que les catholiques français brandissant volontiers leurs bannières religieuses se réjouiraient de voir le leader britannique si bienveillant envers le christianisme de son pays. Pourtant, dans Famille chrétienne, Jean-Claude Bésida avait moqué l'an passé « David Cameron et son curieux message de Pâques » (à retrouver ici), lequel était du même acabit.


Le journaliste faisait remarquer que le Premier ministre avait laisser passer « plusieurs mesures en contradiction directe avec la vision chrétienne de l’homme » – notamment le mariage entre personnes de même sexe (adopté en mars 2014) – et que son pays ne reconnaissait pas la liberté de conscience pour les sages-femmes qui refusent de pratiquer l’avortement. Il y qualifiait de « gloubi-boulga » ces prétendues « valeurs chrétiennes » choyées par David Cameron.


Jean-Claude Bésida voyait quand même un bon coté dans le positionnement un peu acrobatique du leader conservateur anglais. « La foi chrétienne redevient un peu à la mode. En tout cas, elle n’est plus tout à fait quelque chose de totalement ringard et déphasé. Est-il in d’être chrétien ? »


Sans doute davantage dans les arcanes du pouvoir à Londres qu'à Paris.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens