Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 14:26

Le diocèse d'Arras cherche un responsable de son service de communication. Il ou elle prendra ses fonctions en septembre. L'annonce, voir ici, précise les qualités requises.


Comme d'habitude dans l'Eglise, le profil recherché est celui d'un mouton à cinq pattes. L'élu(e) doit savoir tout faire : radio, presse écrite, communication institutionnelle, formation des bénévoles, animation d'équipe, réseaux sociaux. Le salaire n'est pas précisé mais on suppose qu'il est calqué sur la grille des animateurs laïcs en pastorale davantage que sur les cadres du privé. Jusqu'ici, rien de très neuf dans le monde de la communication diocésaine.


Une phrase pourtant a attiré mon attention. La voici : « Si possible, avoir une expérience dans la communication à avoir en "situation de crise" ». Passons sur la lourdeur du libellé. Pourquoi faut-il donc maitriser la communication en situation de crise dans un diocèse catholique de France. A cause du drame des migrants coincés à Calais, ville du diocèse ? Parce que le département vote massivement à l'extrême droite et que la présidentielle approche ?


On s'orientera plutôt sur le triste constat que, aujourd'hui ou demain, le diocèse devra (doit ?) faire face à la tempête médiatico-judiciaire d'une histoire de moeurs impliquant un prêtre. Réalité présente pour certains évêques, cauchemar pour tous, les scandales sexuels touchant le clergé sont devenus la hantise des diocèses. Et donc de celle (celui) qui serait en première ligne devant la presse déchaînée.


Jadis, quand on demandait à un évêque le plus gros problème dans la gestion de son diocèse, il évoquait l'alcoolisme qui touchait nombre de ses prêtres. Ce drame, causé par la solitude, était socialement acceptable et accepté. On disait en souriant « M. le Curé taquine un peu trop la bouteille », tout en convenant qu'il s'agissait d'un des plaisirs non défendus. Et inoffensif, sauf pour le foie.


Rien de comparable avec la tornade de la pédophilie qui n'a pas fini de s'abattre sur les diocèses et sur des évêques perdus. Comme ils ne peuvent, comme celui de Lyon, se payaient les services d'un cabinet spécialisé, les diocèses modestes n'ont que le choix de demander une corde supplémentaire à l'arc déjà bien fourni de leur chargé(e) de communication.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

SCHAEFFER Jacques 07/07/2016 09:01

L'alcoolisme et la pédophilie ne sont pas l'apanage du célibat , on est bien d'accord ...
Mais tant pis pour le "y'à qu'à faut qu'on" : et si une bonne fois pour toutes l'Eglise autorisait le mariage de ses prêtres ?
Il semble (je ne suis pas expert en la matière) que çelà ne changerait rien du tout à la doctrine et au message chrétien in fine ..
Alors , François , chiche !!
Et toujours merçi Philippe d'aider notre cerveau à penser et réfléchir , bises.

camille-madeleine 06/07/2016 22:09

Bonsoir,
ce qui m'interroge et me scandalise c'est que le diocèse de Lyon se paye les services d'un cabinet spécialisé en communication de crise ainsi qu'un ténor du barreau pour la défense de son archevêque ! L'épitre à Diognète disait, je crois (citation de mémoire), que "les chrétiens vivent dans le monde sans être du monde" . La bénévole que je fus est profondément blessée par le comportement d'une partie de la hiérarchie catholique française (pour les autres je ne saurais me prononcer).
Quant à la profondeur des blessures liées à la pédophilie que les évêques semblent découvrir, cela révèle le manque de curiosité et d'intérêt pour les sciences humaines et le déficit de formation des élites ecclésiales. Les reportages, articles et études sont accessibles depuis plus de vingt ans cinq ans (certes ce n'est rien au vu de l'éternité). D'autre part l'Eglise a largement fondé sa morale sur l'interdit sexuel et non pas sur le manque d'amour, il n'est donc pas étonnant que cela lui revienne en boomerang.
Après ce commentaire, je vais devoir me confesser mais parfois trop c'est trop. Jésus, aussi, s'est mis en colère !

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens