Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 20:12

Chaque fois que j'entre dans une librairie digne de ce nom, je vais jeter un œil au rayon religion. Pour nourrir mon égo en regardant si mon livre s'y trouve encore (Mariage pour tous divorce chez les cathos, Plon), mais pas seulement. Je vais voir les nouveautés, feuilleter les livres dont je connais l'existence et ceux qui auraient échappé à mes radars ordinaires (Amazon et ses mots-clés, programmation des éditeurs...).


Presque toujours, même dans les grandes enseignes parisiennes (hors La Procure bien sûr), je peste contre la confusion régnant dans le rayon. On peut comprendre que, la place étant réduite, les livres de papes (bénédictions éditoriales) voisinent sans indication avec ceux du Dalaï Lama, ou avec des éditions du Coran. Mais je ne me ferai jamais au mélange des genres avec des ouvrages magico-ésotériques ou, littérature florissante, les manuels de développement personnel. Même si certains sont écrits pas des gens tout à fait respectables.


Les religions forment un domaine, noble et critiquable, qui n'est pas exactement superposable avec des quêtes spirituelles parfois simplistes (qui ne cherche pas le bonheur ?), s'affranchissant à bon compte de ce qui complique (dogmes, structures...). Et je ne parle pas ici des charlataneries zodiacales ou complotistes ("la vérité qu'on vous cache") qui fleurissent toujours dans les sociétés sans repère.


De passage dans ma ville natale de Bordeaux, j'ai fait le pèlerinage incontournable de la Maison Mollat. Joie ! J'y ai trouvé un, que dis-je, des rayons, dans lesquels on fait la distinction entre les catégories d'ouvrages susnommées. La littérature catholique (bien pensante ou critique) a droit à son étiquetage clair, tant sur la table des nouveautés que dans les rayons de fond. Comme le protestantisme, l'islam et le judaïsme. On sait où l'on est.


Nostradamus et ses héritiers sont à l'honneur sur une autre table, tout comme les livres expliquant (en 300 pages) que l'usage du sourire ou le fait de parler avec nos concitoyens peut aider à mieux se mouvoir dans notre vallée de larmes. J'en rajoute ?


Il en faut pour tous les goûts et tout le monde doit vivre. Pour connaître un peu le monde de l'édition, je sais que des stars comme Frédéric Lenoir ou Anselm Grün, avec l'assurance de leurs grosses ventes, font tourner la machine et permettent la publication d'ouvrages plus pointus, plus exigeants, plus novateurs et... bien moins lus et achetés.


C'était mon billet réactionnaire. Je ne sais s'il sera utile, mais il m'a fait du bien. C'est toujours cela de gagné.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

camille-madeleine 06/10/2016 10:18

Il n'y a pas si longtemps, j'ai pesté intérieurement parce que le rayon Développement personnel prend de plus en plus de place dans les librairies-magasins des monastères et abbayes.
Dans ma médiathèque, les Apophtegmes des Pères du Désert sont classés dans "autres religions" ! Le manque de connaissances des personnes effectuant le catalogage n'est (hélas) pas réservé au rayon 200. Dans cette petite sous-préfecture, le rayon de la (oui, elle est unique) librairie est moins étoffé que celui de sa voisine : le plus petit Cultura de France (dixit la responsable du rayon papeterie). Et pourtant, certains chrétiens aimeraient une formation plus conséquente. Nous payons cher, le manque de culture biblique et religieuse organisé par la hiérarchie catholique que les hussards noirs de la République ont délibérément accru.

Fleuret Paul 05/10/2016 18:56

Tout à fait d'accord, Philippe. Là où je rage aussi, c'est dans les bibliothèques municipales où le rayon religieux est souvent pitoyable : quelques rares livres sérieux sur l'une ou l'autre religion et de nombreux titres au contenu plus ou moins ésotériques, ou au mieux de sagesse. ou encore les livres de M. Onfray. Quand dans ma commune, j'ai dit à la bibliothécaire qu'il faudrait au moins mettre une bible à disposition, elle m'a dit : "Oui, mais alors il faudrait aussi mettre le coran". Mais ça me paraît une évidence ! Et un acte qui respecte la laïcité ! Il n'est pas question de mettre des livres de théologie (mais pourquoi pas, après tout ?) mais la religion catholique - pour parler de la mienne - ne se limite pas aux livres du pape ou célébrant le pape, l'abbé Pierre et soeur Emmanuelle !.

SCHAEFFER Jacques 04/10/2016 08:24

J'adhère , cher Philippe , à ton billet . Outrepassant la caractéristique (bien française ?) consistant à souvent dénigrer le succès et/ou le vainqueur (Anquetil Poulidor !!) il faut savoir distinguer le vrai et le profond du faux et du "effet de mode" ...
J'ai eu ma période F.LENOIR avec "SOCRATE JESUS BOUDDHA , PETIT TRAITE D'HISTOIRE DES RELIGIONS , etc ... mais d'accord avec toi : son orientation actuelle vers des livres que je qualifierais de "pléonasmiques !!" du genre "pour être heureux soyons heureux" me gêne un peu ..!
On me rétorquera que cette naiveté est peut être feinte et que "bienheureux les simples d'esprits" ...
Marseille est bien en peine devant MOLLAT mais à noter quand même la LIBRAIRIE ST PAUL (beaucoup moins généraliste que MOLLAT) , et qui a déménagé vers le Cours d'Estiennes d'Orves.
Bises à toi et toute la famille !

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens