Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 21:41

Hier, il était le dernier espoir d'une gauche désemparée et effrayée par la perspective Sarkozy. Désormais, Alain Juppé joue la carte des catholiques progressistes.


Lundi 21 novembre au soir sur France 2, l'ex favori de la primaire de la droite et du centre, devenu outsider, a rappelé que son concurrent François Fillon « appartient à une famille traditionaliste ». Si l'information est vraie, il est un peu spécieux d'attaquer un rival sur sa lignée, dont il n'est pas responsable.


Le maire de Bordeaux a ajouté aussitôt une phrase qu'il avait sans doute bien murie avec ses communicants : « moi je suis plus ouvert au modernisme et je me sens plus proche du pape François que de Sens commun ou la Manif pour tous ». L'interview menée par David Pujadas est à retrouver ici, le passage qui nous intéresse se situe de 19' 52'' à 20' 20''.


Alain Juppé, catholique nettement moins pieux que son rival, place l'affrontement du deuxième tour dans le champ ecclésial. Par là, il acte l'importance du ralliement du lobby catholique conservateur Sens commun, né des Manifs pour tous, dans le succès inattendu de l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.


Accessoirement, il tente d'opposer, pour son intérêt politique du moment deux familles du catholicisme. Sur le fond, les réseaux catholiques de François Fillon rétorqueront qu'eux aussi aiment le pape et qu'ils sont sensibles à sa vision de la miséricorde. De même, ils diront avec raison que leur idéal de la famille traditionnelle est pleinement partagé par le pontife argentin.


Pourtant, le message est pertinent. François "le Pape" a toujours dit qu'il fallait moins parler des questions de familles et s'intéresser davantage aux questions sociales. Quand François "le candidat" propose un programme très libéral économiquement, et donc potentiellement moins protecteur des plus faibles, ce qui ne plaît guère au Vatican.


On sait que les catholiques pratiquants sont majoritairement de droite et très civiques. On peut donc penser qu'ils sont allés nombreux aux urnes ce dimanche. Mais tous ne sont pas favorables à la réouverture du débat si douloureux de la Loi Taubira que François Fillon dit vouloir remettre en cause. Bien des catholiques opposés au mariage homosexuel ne veulent pas revivre cette séquence si douloureuse dans les paroisses (1).


Alain Juppé a tenté son va-tout. Il sait que son image n'est pas très bonne chez les catholiques. Peut-être lui fait-on toujours payer ses fautes de l'époque chiraquienne. Face à lui, le très sage et lisse François Fillon apparaît plus rassurant après deux présidences trop bling bling pour la première, ou trop libertaire pour celle qui s'achève.


On verra dimanche prochain si l'évocation (l'invocation ?) d'un François fera du tord à un François dont le rêve est de succéder... à un François.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens