Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 22:18

J'ai déjà évoqué dans ce blog le colloque annuel de l'Observatoire Foi et Culture de l'épiscopat (voir ici), qui se tient en hiver. Le millésime 2016, prévu le 3 décembre, se tiendra dans une ambiance politique délétère. Faut-il le rappeler : déchirements à gauche et au gouvernement, menace frontiste, primaire de la droite rude, choc américain avec Donald Trump...


Mgr Pascal Wintzer, ancien président de l'Observatoire (1) vient de publier un texte (à retrouver ici) au ton très désabusé pour promouvoir le colloque prochain.


Le titre donne bien le ton du moral de l'archevêque de Poitiers, «Peut-on encore attendre quelque chose de la politique ?» Et dès la première phrase, il reconnaît devoir "résister à joindre ses plaintes à celles qui dénoncent la médiocrité des politiques". Évoquant la rencontre de l'an passé - « Le désenchantement du politique est-il irréversible ? » (actes publiés aux Éditions Parole et Silence) -, il dit redouter "qu’un an après, les causes du désenchantement demeurent fortes et ne soient même accentuées."


Comme une éclaircie dans cette morosité, Mgr Wintzer évoque le document du Conseil permanent de la Conférence des évêques d'octobre dernier (" Dans un monde qui change, retrouver le sens de la politique "), comme "une prière dont l’on se demande si elle sera non pas exaucée, mais simplement entendue". La bonne réception du document dans la presse et auprès de nombreux responsables politiques doit réchauffer le coeur de l'évêque.


Le colloque 2016 s'intitule «  Dignité du politique et christianisme  » (voir ici). Les intervenants, pas tous chrétiens, viendront, dixit Pascal Wintzer, "affirmer cette dignité du politique". L'archevêque de Poitiers une seconde mission à celles et ceux qui monteront à la tribune : affirmer "la vocation que la foi chrétienne désigne" au politique.


La phrase pourrait faire hurler les antireligieux invétérés. Qu'est ce que la foi chrétienne vient faire dans la nature du politique dans une République qui s'est battue jadis pour se préserver de l'Église ?


Qu'ils se rassurent, Mgr Wintzer ne veut pas revenir au XIXe siècle. Il rappelle seulement que la Bible et le magistère catholique tiennent en haute estime les gouvernants de la cité terrestre, dès lors qu'ils sont au service (pour user d'une terminologie ecclésiale) de celles et ceux qui les mandatent, particulièrement des plus vulnérables. Un esprit qui semble diminuer quand on s'approche des hauteurs du pouvoir.
 

La noble vocation du politique est là. Et c'est bien cette "dignité" qu'il doit recouvrer, avec l'aide (et la bénédiction) de l'Église catholique, entre autres.


Aujourd'hui, la presse débat pour savoir si François Fillon doit sa victoire un peu, beaucoup ou passionnément aux catholiques. Avec Mgr Wintzer, on peut gager qu'ils veilleront, avec bienveillance, à ce que la "vocation" du politique soit toujours entendue dans les mois qui viennent.


(1) Mgr Hubert Herbreteau, évêque d'Agen, lui a succédé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens