Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 13:45

C'est un bien embarrassant cadeau de Noël qu'a reçu cette année Paul Desfarges. Ce jésuite, installé depuis des années en Algérie, était depuis 2008 évêque de Constantine-Hippone. Depuis mai, il cumulait cette charge avec celle d'administrateur apostolique de l'archidiocèse d'Alger, quand le titulaire, Mgr Ghaleb Bader, a été nommé nonce apostolique au Pakistan.


Dans une lettre de nouvelles adressée à l’occasion de Noël à ses parents et amis, Mgr Desfarges disait attendre « que soit nommé un nouvel archevêque pour le diocèse d’Alger qui a vraiment besoin d’un pasteur à demeure et non en pointillés ». Se méfiait-il alors de la décision romaine ?


Le 24 décembre, c'est lui, le jésuite de 72 ans, que Rome a choisi pour diriger le plus important diocèse catholique d'Algérie. À trois ans de l'âge légal de la retraite pour les prêtres et les évêques...

 

« J'ai dit oui avec tremblement car je connais mon âge et vous aussi le connaissez, écrit-il alors sur le site des diocèses d'Algérie (à retrouver ici). Cependant, comme pour les appels précédents, j'ai dit oui avec confiance, en le glissant dans le oui de Marie, pour servir son Église qui est en Algérie et tout spécialement son Église dans le diocèse d'Alger ».

 

Le fameux quatrième vœux des jésuites, celui de l'obéissance au pape, a bien fonctionné. Mais on peut penser que l'évêque septuagénaire a dû penser que son illustre confrère argentin, qui vient de fêter ses 80 ans à Rome, aurait pu trouver un candidat plus jeune pour le poste.

 

Né à Saint-Étienne en 1944, Paul Desfarges a découvert l'Algérie comme coopérant enseignant, métier qu'il exercera durant la plus grande partie de sa carrière ecclésiastique. Il sera de 1976 à 2005 professeur de psychologie, en arabe, à Constantine. Il sera également vicaire général de ce diocèse dont il deviendra le pasteur en 2008, après quelques années à Alger.

 

Son parcours est l'image de cette étonnante Église d'Algérie, qui vit bien davantage au cœur et au service de la population musulmane que vers l'infime minorité catholique. Depuis l'Indépendance et le choix de Mgr Duval (archevêque de 1954 à 1988) de rester au service de ce nouveau pays, sans volonté prosélyte, prêtres et religieux sont actifs au cœur de la société algérienne dans une présence gratuite. La Mission de France y est très présente, notamment au Centre d'études diocésain des Glycines (voir ici), ainsi que les Missionnaires d'Afrique ou pères blancs (18 prêtres en Algérie, voir leur site international ici).

 

Le site Catholic hierarchy (voir ici) nous donne des chiffres étonnants sur la réalité catholique locale pour l'année 2015. Le diocèse comptait 1.500 catholiques soit... 0 % des 11,2 millions d'habitants, 6 prêtres diocésains et 31 prêtres religieux, 37 religieux et 63 religieuses.

 

Le « Père Paul », ainsi qu'il a signé avec humilité son communiqué d'arrivée dans la capitale algérienne, n'aura aucun mal à trouver sa place dans un diocèse où il connaît déjà tout le monde. Avec eux, il poursuivra cette aventure discrète et modeste de présence au monde.


Une posture qui préfigure peut-être le christianisme occidental dans des sociétés dominées demain, non par l'islam, mais par l’indifférence religieuse.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens