Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 11:00

Alors que nous ergotons en France pour savoir s'il est légitime pour un candidat à la présidentielle d'exprimer sa foi, nos amis états-uniens préparent les prières de l'inauguration du mandat de Donald Trump, le 20 janvier à Washington.

 

Comme le veut la tradition depuis des décennies, l’Église catholique sera représentée. Apprenant qu'il était sollicité, le cardinal Timothy Dolan, archevêque de New-York, s'est déclaré « honoré d'avoir été appelé pour offrir une lecture de l'Écriture sainte » et de pouvoir ainsi « demandé à Dieu Tout-puissant d'inspirer et de guider notre nouveau Président et continuer à bénir notre grande Nation » (propos rapportés par la revue jésuite America, à lire ici en anglais).

 

Le cardinal a choisi de lire une extrait du Livre de la Sagesse (9, 13-18, à retrouver ici) dans lequel le Roi Salomon prie pour que l'homme mène Israël selon la sagesse et la volonté de Dieu. « Je prie cela tout le temps, mais le Seigneur ne répond pas toujours » a-t-il dit en forme de boutade.

 

Le cardinal Dolan est plutôt réputé membre de l'aile conservatrice de l'épiscopat états-unien, dont il fut le président de 2010 à 2013. Dans une tribune publiée après le triomphe électoral de l'homme d'affaire, le prélat new-yorkais avait exprimé « un optimisme prudent », évoquant des points de convergence : la nomination de juges de la Cour suprême opposés à l'avortement, promulgation de lois offrant la liberté de conscience pour des salariés des services médicaux hostiles à l'IVG.

 

Mais, des points de désaccord existent entre le président.et le cardinal, ce dernier dénonçant, durant la campagne, « l'hostilité aux migrants », en qui il voit, au contraire, « un cadeau à notre nation ». Timothy Dolan porte un nom irlandais comme nombre de catholiques de Big Apple, et se souvient que sa communauté arriva dans le Nouveau monde, migrants et miséreux. On estime que 3 millions d'Irlandais ont franchi l'Atlantique entre 1820 et 1920. Mais l'Histoire n'est pas le fort de M. Trump.

 

« Comme nous avons connu quelques conflits avec le président qui va quitter ses fonctions, a dit l'archevêque qui avait combattu l'Obama Care, je suis sûr qu'il y aura un peu de tension avec le nouveau. » (sur Fox News le 23 décembre) .

 

Dolan a rencontré Trump, membre d'une Église presbytérienne, deux fois dernièrement. En octobre, lors d'une conversation privée à la Cathédrale (catholique) Saint-Patrick à New York, à la demande du candidat accompagné par son épouse. Puis, le mois suivant, pour un dîner caritatif, en compagnie de sa rivale démocrate Hillary Clinton.

 

Le 20 janvier, le cardinal ne sera pas le seul dignitaire religieux. Seront à ses cotés le pasteur évangélique Samuel Rodriguez, responsable d'une fédération de dirigeants hispaniques chrétien et très enthousiaste devant le nouvel président ; Paula White, présentée comme prédicatrice prônant la théorie de la prospérité (une pensée qui fait grincer des dents chez les évangéliques français) ; et le Rabbin Marvin Hier, fondateur du Centre Simon Wiesenthal. Pas d'imam à la fête de Donald Trump.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens