Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 19:18

Décidément le pape argentin ne cesse de nous surprendre. Le voici en passe de réussir là ou son prédécesseur allemand s'est cassé les dents : faire revenir les intégristes de la Fraternité Saint-Pie X dans le giron romain.

 

Romilda Ferrauto, qui fut longtemps la responsable du service francophone de Radio Vatican, explique longuement la situation sur le site de La Vie (voir ici, disponible pour les abonnés). Pour elle, la visite papale à Fatima le 13 mai pourrait être le cadre de l'annonce. À défaut ce sera pour 2017.

 

La journaliste rappelle par le pontife argentin a déjà posé deux gestes significatifs en direction des héritiers de Mgr Lefebvre : reconnaissance de l'absolution par les prêtres de la Fraternité et validation, sous certaines conditions, de la célébration de mariages par les mêmes.

 

Quand Benoît XVI voulait en son temps régler les différends avant toute réintégration, François agit autrement. « Ce pape privilégie les gestes concrets, et il veut aller vite sans tergiverser, écrit Romilda Ferrauto. L’unité théologique viendra plus tard. La pleine communion devrait être rétablie sans attendre que la situation soit entièrement satisfaisante ».

 

Trois critères simples pourraient être demandés aux membres de la Fraternité Saint-Pie X voulant redevenir des catholiques romains, selon le site Vatican Insider : la profession de foi, la reconnaissance de la validité des sacrements célébrés selon la liturgie post-conciliaire et l’obéissance au pape.

 

Pourquoi le pape François veut-il réussir cette réintégration ? Sans doute pour montrer ses bonnes dispositions à l'égard de l'aile conservatrice du catholicisme, qu'il ménage assez peu d'habitude. L'idée de pouvoir enfin discuter de Vatican II et de ses suites sans anathèmes préalables n'est pas inintéressante pour toute l’Église.

 

On peut avancer une stratégie plus politique. Il vaut parfois mieux avoir ceux qui ne vous aiment pas à vos côtés plutôt qu'en face. Tel François Mitterrand nommant son rival Michel Rocard à Matignon en 1988, pour mieux le museler et ruiner son pouvoir de nuisance.

 

Le pape va surprendre – et décevoir – nombre de catholiques. Dans les diocèses qui vont accueillir des membres de la Fraternité, le risque est réel d'une cohabitation artificielle de fidèles sans aucune estime réciproque. Les communautés traditionalistes réintégrées par Benoît XVI (l'Institut du Bon Pasteur, notamment) ont montré leur peu de désir de collaboration diocésaine.

 

Les fans de Bergoglio lui feront sans doute confiance, mais seront attentifs à ce que les entrants mettent de l'eau dans leur vin, en particulier en ce qui concerne les acquis conciliaires non négociables.

 

Quel bénéfice peut retirer le pape de cet épisode ? Il va casser son image de dureté envers ceux qui ne pensent pas comme lui. Et montrer qu'il est définitivement inclassable selon les critères ordinaires de jugement à l'égard des pontifes.

 

En terminant son article, Romilda Ferrauto note qu'un « autre schisme pourrait se produire au sein même du camp intégriste ». L'aile la plus irréductible de la Fraternité n'est pas prête à la moindre des concessions et pourrait faire scission. Certains, comme le négationniste Richard Williamson (exclu en 2012), ont quitté Saint-Pie-X D'autres préféreront sans doute demeurer dans leurs certitudes. Rome ne les regrettera pas. Nous non plus.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens