Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 20:32

Samedi dernier, j'ai assisté à une belle messe de confirmation. Comme cela se pratique désormais dans certains diocèses, le sacrement de la foi « adulte » était donné à de jeunes enfants, certains âgés de 11 ans étant encore à l'école primaire.

 

La cérémonie était animée par un dynamique groupe musical paroissial. Le célébrant a su s'adresser avec des mots adaptés et un sourire bienveillant aux 27 confirmés. Bref, un bon moment spirituel.

 

Hélas, mon esprit persifleur s'est arrêté sur le chant de l'Offertoire, dont le choix intrigue devant de si jeunes chrétiens. Le chant « Céleste Jérusalem » est inspiré de l'Apocalypse, qui n'est pas le texte biblique le plus accessible. On en trouve une belle version chantée ici et les paroles .

 

Le refrain nous dit : « Notre cité se trouve dans les cieux/ Nous verrons l'Épouse de l'Agneau/ Resplendissante de la gloire de Dieu/ Céleste Jérusalem ». La fin des temps, voici une notion qui ne concerne que de très très loin les héros du jour.

 

Passons rapidement sur l'expression sibylline : « Épouse de l'Agneau ». Après avoir chanté l'attrait de cette Céleste Jérusalem, comment dire à des jeunes que la grâce de l'Esprit reçue en ce grand jour doit les aider à grandir dans leur foi et leur vie quotidienne ? Doivent-ils comprendre que la gloire de Dieu se trouve uniquement dans cet avenir hypothétique que les chrétiens attendent depuis 2000 ans et non ici et maintenant ?

 

Je ne remets pas en cause la pertinence théologique du dernier livre de la Bible. Mais je doute qu'il représente le message prioritaire à transmettre à des jeunes enfants. Même pour des adultes bien formés, l'eschatologie, science de la fin des temps, demeure difficile à appréhender dans nos sociétés rationnelles.

 

Allons plus loin. « L'Agneau deviendra notre flambeau, affirme le premier couplet. Nous nous passerons du soleil/Il n'y aura plus jamais de nuit/Dieu répandra sur nous sa lumière ». Difficile de ne pas voir dans ces mots le fondement d'une pensée qui me semble archaïque. Celle du christianisme qui apprenait aux fidèles que la vie terrestre était d'un intérêt limité par rapport à la joie offerte après, la « vraie vie », auprès de Dieu pour les sages et dans les enfers pour les pécheurs.

 

Ce discours, des siècles durant, a assuré la paix sociale au bénéfice des puissants, les miséreux attendant sans broncher la fin de leur existence dans cette « vallée de larmes ».

 

Espérons que les jeunes confirmés retiendrons essentiellement la mélodie, belle et méditative, de cette « Céleste Jérusalem ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Schaeffer 21/06/2017 15:21

Bonne analyse critique , et vraie ! Bien sûr on peut penser que (sans mettre en cause ce même sens d'analyse critique de tous ces beaux bambins ..) , dans ce moment plein d'émotion , l'eschatologie ne soit pas ce qui occupe le plus leur esprit ..! Il n'en reste pas moins (d'où mon approbation à tes propos) que le message délivré en ce jour de "descente de l'Esprit Saint" aurait pu être plus joyeux . Mais ce fut bien beau et émouvant quand même .
P.S. Mais non , voyons , ton esprit n'est pas persifleur !

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens