Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 09:00

Ami lecteur, pour ma rentrée, voici un petit cadeau pour celles et ceux qui n'auront pas le temps (ou le goût) de lire le dernier opus du pape François.

 

A partir de ma lecture de « Politique et société », ouvrage d'entretiens avec Dominique Wolton (éd. de l'Observatoire, voir ici la présentation), publié ce jeudi, je me suis laissé aller au jeu de l'abécédaire papal.

 

Afin de vous le faire découvrir, quelques remarques sur l'ouvrage. À ceux qui accusent François de n'être pas un théologien, celui-ci répond en faisant un livre de non-théologien. À ceux qui lui reprochent de ne pas construire vraiment sa pensée (au contraire de son prédécesseur), il donne un texte décousu, riche de quelques saillis, inégal. Son précédent livre d'entretien, pour les revues jésuites au début de son pontificat (voir ici) était plus travaillé, plus riche d'enseignements sur un personnage que l'on ne connaissait pas alors.

 

Enfin, on peut regretter que l'éditeur, voulant respecter le caractère oral du travail, se soit exonéré de donner à lire un texte en bon français.Malgré ses défauts, ces pages sont agréables et aident à comprendre un peu plus un personnage inattendu à son poste.

 

Âge Les personnes âgées sont la mémoire d'un peuple, ils sont la sagesse. Les jeunes sont la force, l'utopie. Et ce pont entre les jeunes et les personnes âgées, nous devons le retrouver, parce que tous les deux aujourd'hui dans le monde, sont des laissés-pour-compte. (p. 88)

 

Beauté Aujourd'hui, il est plus facile de se maquiller que de se rendre beau. (p. 113)

 

Communiste On ma dit une fois : « Mais vous êtes communistes !». Non. Les communistes, ce sont les chrétiens. C'est les autres qui nous ont volé notre bannière. (p. 227)

 

Diversité L’Église, pour ce qui concerne la diversité culturelle, a commencé le jour de la Pentecôte. (p. 92)

 

Évangélisation L'évangélisation est un mandat de Jésus-Christ (p. 75)

 

Fermeture La fermeture n'est pas chrétienne. La fidélité est chrétienne. Si je me ferme, si je me défends, ce n'est pas chrétien. Défendre les valeurs chrétiennes pas la fermeture n'est pas une voie chrétienne. (p. 108)

 

Geste J'aime beaucoup parler du langage des gestes. C'est une belle forme de communication. Parce que des cinq sens, le plus important, c'est le toucher. (p. 173)

 

Hésitation Franciscain, non. Mais [j'aurais pu être] dominicain. J'ai hésité, puis j'ai choisi les Jésuites (p. 266).

 

Kamikaze Je crois que l'époque a perdu le sens du péché. Quand on voit un kamikaze se faire exploser en tuant cinquante personnes. (p. 215)

 

Identité En Argentine, il y a des natifs. Nous avons des peuples indigènes. L'identité argentine est métissée. La majorité du peuple argentin est issue du métissage. Parce que les vagues d'immigration se sont mélangées, mélangées et mélangées. Pour nous, c'était absolument normal d'avoir à l'école diverses religions ensemble. (p. 269)

 

Joie Quand on lit certains textes ecclésiastiques, ils disent la vérité, mais c'est terriblement ennuyeux. Ils n'ont pas la joie, la légèreté d'une belle communication. (p. 242-243)

 

Liberté Je me sens libre. Ça ne veut pas dire que je fais ce que je veux, non. Mais je ne me sens pas emprisonné, en cage. En cage ici, au Vatican, mais pas spirituellement. (pp. 113-114)

 

Modernité Pour moi, la modernité a un double sens. (…) Il y a la modernité que le voit maintenant. Et l’Église doit accepter les modes de vie d'aujourd'hui. Mais il y a un autre sens qui s'assimile à la mondanité. Ça c'est un mot négatif pour les chrétiens. Le chrétien ne peut pas être mondain. Il doit être dans le monde, et vivre la modernité du monde, mais sans être mondain. (p. 147)

 

Niveau Je crois que, pour être égaux, il faut se mettre au niveau de l'autre. Et en principe, je dois m'abaisser au niveau de l'autre, même si l'autre est supérieur à moi. Mais c'est toujours un acte qui consiste à « aller dans la maison de l'autre ». (p. 371)

 

Orgueil Nous autres, Argentins, sommes orgueilleux. Et ce n'est pas bon. Cela donne des blagues sur les Argentins. Vous savez comment se suicide un Argentin ? Il monte au sommet de son ego et se jette de là-haut. Une autre histoire drôle qui me concerne. « Mais voyez à quel point ce pape est humble ! Il a beau être argentin, il a choisi de s'appeler François et pas Jésus II ! ». (p. 273)

 

Peuple En Amérique latine il y a une théologie dite du peuple. Le peuple a fait avancer la foi. (…) Le peuple a sa piété, sa théologie. (pp. 142-143)

 

Rigidité On voit des jeunes prêtres rigides. Ils ont peur de l'évangile et préfèrent le droit canonique. (p. 60)

 

Social L'économie libérale de marché est une folie. (…) Lors de mon discours pour le Prix Charlemagne (en 2016), j'ai demandé à l'Europe d'abandonner la liquidité de l'économie pour retourner à quelque chose de concret, c'est-à-dire à l'économie sociale de marché. J'ai gardé le marché, mais « sociale » de marché. (p. 106)

 

Télévision Depuis les années 1990, je ne la regarde plus. C'est un vœu fait à la Vierge. (p. 176)

 

Ultra-libéralisme Si un économiste ultra-libéral lit des passages de Laudato si', il finira par se dire qu'il manque une boussole morale à l'économie. (p. 216).

 

Violence J'ai davantage peur de la violence en gants blancs que de la violence directe. La violence de tous les jours, celle faite aux domestiques par exemple. (p. 76)

 

X comme Sexe Les prêtres ont eu la tentation – pas tous, mais beaucoup - de se focaliser sur les péchés de la sexualité. Certains, quand ils reçoivent confession d'un péché de ce genre, demandent : « Comment tu l'as fait, et quand l'as-tu fait, et combien de temps ? » Et ils se font un « film » dans leur tête. Mais ceux-là, ils ont besoin d'un psychiatre. Les péchés les plus graves sont ailleurs. (pp 249-250)

 

Zéro Les prêtres pédophiles représentent plus ou moins 2% des pédophiles. Cela semble peu, mais c'est trop. Qu'un seul prêtre fasse cela, c'est horrible. Tolérance zéro ! (p. 222)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

SCHAEFFER Jacques 13/09/2017 09:10

Bonjour Philippe .
Oui , tu as raison , c'est un cadeau et même un beau cadeau !
Très intéressant et donnant un "aperçu" de la pensée du Pape "à la source" si je puis dire.
Bises à la famille

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens