Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 09:25

Et voici une belle polémique pour faire rallumer la paranoïa catho. En évoquant l'idée de faire payer l'entrée dans les cathédrales (voir ici un entretien dans Le Parisien) l'animateur Stéphane Bern a déclenché un concert de protestations. Parmi celles-ci, on ne compte plus les jérémiades de ceux qui pensent que l’État, Macron, la modernité, les lobbys (liste non exhaustive) ne font rien qu'à embêter l'Église catholique.

 

Twitter comme souvent est le théâtre du déchaînement. On y trouve les siamois du Padre Blog (voir ici), les abbés Grosjean et Amar. Le premier supplie :  « Cher @bernstephane , nous avons au contraire besoin plus que jamais de ces lieux de prière, de silence, de beauté, de gratuité offerts à tous ! ». Et son collègue d'ajouter un argument social, plus fin. « Pitié @bernstephane ! Ouvertes à tous, nos cathédrales sont aussi le dernier musée des pauvres où l’on peut y voir des splendeurs gratuitement ! »

 

On ne s'éternisera pas sur les crétins de la toile, dont ne font pas partie les susnommés. Je citerai juste @LaSouche84, qui se présente comme un « patriote amoureux de son pays » et fournit deux mots-dièses qui en disent long  :Grand remplacement et FN. « Faire payer l'entrée dans les cathédrales, ça ressemble à un impôt sur le catholicisme...Attendons les impôts pour les autres religions... ». On lui doit aussi : « Avec les entrées payantes dans les cathédrales, nos dirigeants laïcquards (sic) construiront des mosquées pour ne pas faire de préférence chrétienne ». La bêtise fait souvent bon ménage avec la méconnaissance des lois.

 

Nos évêques eux connaissent la Loi de 1905 et s'y réfugient pour contrer l'attaque du perfide animateur télé-radio-journaux... Leur communiqué intitulé « Laisser gratuit l’accès aux cathédrales » (à retrouver ici) me donner envie d'entonner la chanson « Il est venu le temps des cathédraaaaalllllles » de la comédie musicale Notre-Dame-de-Paris. Nos évêques donc écrivent à raison que « les cathédrales érigées avant 1905 sont propriété de l’État tandis que l’Église catholique en est affectataire. La Loi de 1905 rappelle que, si l’État est propriétaire des lieux de culte, ceux-ci restent affectés au culte de façon permanente, totale et gratuite. La loi précise encore que « la visite des édifices et l’exposition des objets mobiliers classés seront publiques : elles ne pourront donner lieu à aucune taxe ni redevance » (art.17). »

 

La suite du communiqué des évêques doit être débattu. « Les cathédrales, alors même qu’elles font partie du patrimoine culturel de la France, sont avant tout des lieux de prière et de culte dont l’accès doit être libre. En notre époque de bruit et de tribulations, les cathédrales constituent des lieux de paix et d’intériorité, proposés à tous ».

 

Ceux qui fréquentent les cathédrales remarquables, et notre pays en compte de nombreuses, savent qu'il y est impossible de s'y recueillir sérieusement. Pour faire un break spirituel dans le centre de Paris, on peut choisir n'importe quelle église - elles sont nombreuses et ouvertes aux horaires ordinaires - mais pas Notre-Dame. Hormis durant les grands-messes, la déambulation incessante, les échanges verbaux (les touristes, comme les enfants, ne sachant pas chuchoter), empêchent toute intériorité.

 

On peut le déplorer mais Notre-Dame, centre liturgique du diocèse de Paris, est d'abord un chef-d’œuvre architectural, le témoin du génie et du courage des hommes du Moyen Âge. D'autres y voient un lieu de pèlerinage hugolien. On ajoutera qu'elle a hébergé quelques grands moments de l'histoire de France. Je pense à la messe de Te deum célébrée à la Libération de Paris en 1944 en présence du général De Gaulle, et, plus récemment, à l'hommage à François Mitterrand en 1996 (avec les larmes de l'ami Helmut Kohl).

 

L’État entretient donc un bâtiment bien plus « utilisé » par le tourisme que par le culte. À ce titre, on est en droit de s'interroger sur la participation financière obligatoire (il y a toujours des troncs pour l'entretien des églises) des visiteurs. Peut-être la question méritait-elle, avant médiatisation, un échange plus officiel entre la ministre de la culture, les chefs des Monuments historiques, le bureau des cultes du Ministère de l'intérieur, et les affectataires ?

 

Mais l'Église ne peut s’arque bouter sur le textes de 1905 (lequel lui est, sur ce point, très favorable). Le législateur d'il y a un siècle pensait-il au développement touristique de Paris (ville la plus visitée de la planète) et à la baisse de la pratique religieuse? Imaginait-il alors que la plupart de nos églises rurales, propriété des communes, ne seraient ouvertes au XXIe siècle que quelques jours dans l'année, pour des mariages et la fête patronale ? Non, bien évidemment.

 

S'il est bon de rappeler le cadre légal, rien n'empêche d'être intelligent et de réfléchir sur les réalités actuelles. L’État doit opérer des choix drastiques en matière d'investissement patrimonial et culturel. Faire payer deux euros à l'entrée des cathédrales très visitées ne créerait aucun scandale. Pour admirer la superbe Sagrada familia à Barcelone, les touristes payent, cher, et financent des travaux titanesques que la puissance publique ne peut soutenir. Bien d'autres lieux de cultes sons payants à l'étranger. Nombre d'églises italiennes abritant des chefs -d’œuvre de la peinture font payer l'éclairage des tableaux, via une minuterie.

 

On peut donc réfléchir sereinement de la question, sans crier au scandale anticatholique.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens