Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 08:52

 

 

La vie d'évêque de nos jours n'est pas une sinécure. Pour preuve, certains prêtres disent non au Nonce apostolique qui leur propose les honneurs de la mitre et les embarras de la responsabilité épiscopale. Gérer la pénurie de prêtres, accueillir les demandes sans cesse croissantes des fidèles, écrire des homélies et enseigner, recevoir, supporter les pressions de tous les bords, entretenir les relations avec les autorités locales...

 

Nos évêques aspirent à respirer. Et c'est pourquoi la petite semaine lourdaise, qui s'achève aujourd'hui, est un ballon d'oxygène, et pas simplement grâce à l'air des Pyrénées ou les prières devant la Grotte.

 

Bien sûr à Lourdes, nos prélats travaillent beaucoup. Cette année, ils ont parlé famille, internet, rassemblement dominical, écologie, anniversaire de Vatican II... Séances plénières, réunions en commission, messes, ils ont gardé le rythme soutenu des semaines dans leur diocèse.

 

Et pourtant, rien n'est pareil.

 

A Lourdes, ils peuvent échanger tranquillement avec leurs collègues, se raconter malheurs et succès, parler de soucis que seul un confrère peut comprendre.

 

A Lourdes, il ne sont pas accaparés par les soucis quotidiens et peuvent éteindre le téléphone portable sans scrupules, laissant leur vicaire général gérer les affaires courantes.

 

A Lourdes, ils ont le loisir de s'échapper le temps d'un repas en ville pour causer avec un ancien camarade qu'ils ne croisent qu'une fois l'an.

 

A Lourdes, ils se parlent en vérité, quelles que soient leur sensibilité, d'autant plus tranquillement que la majorité des séances se tient à huis-clos

 

A Lourdes, ils acceptent avec le sourire les sollicitations des journalistes qui les attendent au pied de l'escalier qui monte à l'hémicycle

 

A Lourdes, ils peuvent répondre à leurs courriels quand le sujet de débat les passionne moyennement

 

A Lourdes, nos évêques font corps et reprennent des forces.

 

Dans une ville quasi déserte - seuls quelques pèlerins étrangers fréquentent le sanctuaire -, nos prélats sont heureux. Et cela fait plaisir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anonyme 11/11/2011 00:05


Cher Monsieur,

De telles nouvelles font plaisir. Je ne vous cache pas d'ailleurs que cela fait enfin une bonne nouvelle sur votre blog: ça tardait un peu !


Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens