Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 21:41

Dans la longue liste de ses ennemis, Jean-Luc Mélenchon a placé deux catégories qui me touchent un peu : les journalistes et les Églises. Pour les premiers, si le fond n'est pas idiot (les grands médias aux pieds des patrons et de la droite), les outrances et le systématisme peuvent lasser.

Concernant les Églises, le candidat du Front de Gauche a spécialement dans le nez la plus importante d'entre elle, la catholique. Il fait partie de cette catégorie de français qui continue de croire (ou de faire semblant) que les papistes tirent les ficelles dans notre pays. Une posture aussi erronée à mes yeux que celle qui consiste à hurler à la christianophobie.

Dans sa belle interview publiée cette semaine par  La Vie, les journalistes interrogent le candidat du Front de gauche sur son parcours spirituel. On savait qu'il avait été enfant de chœur, comme beaucoup de fils de famille pieuse. Il convient de s'attarder sur la raison qu'il invoque pour expliquer sa rupture. Et s'apercevoir qu'elle n'est pas d'abord idéologique.

 « Je disais la messe en latin. Puis, l’Église a excommunié ma mère quand mes parents ont divorcé ». Bien sur, le terme est impropre.  Mais une divorcée était mal vue à l'époque dans le monde paroissiale. Peut-être s'est elle remariée depuis, perdant la possibilité de communier. Qu'importe ! Ce qui compte, c'est le souvenir du futur militant.

« J'ai ressenti une violence incompréhensible pour un garçon de 9 ou 10 ans à l'époque », poursuit-il. Tout un univers dans lequel il semblait se complaire s'est effondré devant l'injustice. L’Église en voulait à sa mère. Difficile de passer l'éponge. Devenu un politique impitoyable, il ne compte pas le faire.

Si encore ce récit était unique ! Mais le double sentiment de violence et d'incompréhension, qui a marqué le jeune Jean-Luc Mélenchon il y a 52 ans, a été vécu par bien des catholiques. Et ils demeurent, hélas, toujours d'actualité.

Je n'oublierai jamais la réaction d'une amie des mes parents quand je lui ai annoncé, tout fier, que j'étais embauché dans un journal catholique. « Les curés, je ne veux plus en entendre parler ». Quelques années avant, son mari était parti avec une plus jeune. Et elle savait le sort qui lui était réservée en cas de remariage ou de formation d'un nouveau couple.

Ainsi l’Église catholique a perdu et perd encore des fidèles. Ainsi elle a éloigné et éloigne encore des personnes du message de l’Évangile « Je suis un adversaire de l’Église, en tant qu'acteur politique, du cléricalisme », explique le candidat, devenu un laïcard redoutable.

Il n'est plus désormais utile d'expliquer à Jean-Luc Mélenchon qu'en France, l’Église n'est plus un acteur politique puissant, n'en possédant ni les moyens ni le désir. Derrière cette vieille institution, il voit avant tout celle qui a fait de la peine à sa mère. Pour toujours.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens