Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 06:29

N'appréciant pas ce qui se trame à la Maison-blanche, les évêques états-uniens crient à la discrimination. À défaut d'apprendre la pluralité d'opinion.

 

 

En Europe, les responsables catholiques ont une fâcheuse tendance à se plaindre de la méchanceté des sociétés dans lesquelles ils évoluent. Au point de parler de catho-phobie face aux tracas que leur font subir des fonctionnaires bêtement anti-cléricaux ou des gouvernements qui pensent la loi pour tous. Et non uniquement pour plaire au Vatican.

 

 

Il semble que cette aptitude à geindre a traversé l'Atlantique. Même le pays de la liberté, y compris religieuse, dans lequel on pouvait créer son Église en 15 jours, sans aucun problème, paraît désormais atteint par la vermine anti-calotine.

 

Les évêques états-uniens ont créé le 29 septembre un Comité pour la liberté religieuse. Objectif de cette instance : « contrer les agressions insistantes de l'administration Obama contre la liberté de conscience et la liberté religieuse ». Diantre ! J'avais cru comprendre que le président, bien que démocrate, était un chrétien raisonnable (certes non catholique), et qu'il devait négocier tous les jours avec un Congrès à tendance républicaine (et truffé de papistes). Et bien non, l'homme fort de Washington poursuit un but sournois : faire enrager les évêques catholiques. Mgr Timothy Dolan, président de la conférence épiscopale et archevêque de New York, a cité cinq cas précis. Nous en discuterons ici trois

 

1. « Le ministère de la santé s'efforce d'imposer aux sociétés d'assurance-santé de prendre en compte et de rembourser la contraception et la stérilisation ». À cause du méchant Obama, les assurances vont peut-être devoir rembourser la pilule. En quoi les évêques en seraient-ils lésés ? Ils pourront toujours dire le mal qu'ils pensent du latex. Le jour où la loi interdira les autorités catholiques de dire ce qu'elles croient bon en matière de contraception ou de promouvoir les très romantiques méthodes « naturelles » d'observation des glaires, ce jour funeste je crierais avec les prélats à la discrimination. En attendant, il s'agit de permettre une pratique largement répandue, y compris en milieu catholique en France (et sans doute aux États-Unis). La liberté n'est pas en péril.

 

2 Autre motif de courroux épiscopal : « le ministère de la justice mène une offensive contre le 'Defense of mariage Act' (Doma), sous prétexte que la défense du mariage traditionnel et naturel relève du sectarisme ». Je ne connais pas bien ce Doma, mais après la récente passe d'armes entre Mgr Dolan et les autorités de l’État de New-York bienveillantes envers les unions homosexuelles, je devine ce qui coince. Les législateurs américains, comme dans d'autres pays, veulent ouvrir la possibilité de noces aux couples de même sexe. L’Église catholique n'en veut pas. Soit, elle a ses raisons, respectables et écoutées. Sauf que d'autres voudraient bien se marier entre hommes ou entre femmes. Comment voir une atteinte à la liberté dans ce débat ?

 

La encore, je descendrai dans la rue, derrière la croix de mon évêque, quand mon gouvernement, esclave du lobby homo qui fait tant frémir certains, interdira les hétéros de s'épouser pour le meilleur et pour le pire. En attendant, les cathos vivent une expérience peut-être nouvelle : la perte du contrôle des âmes par une loi qu' ils ne maîtrise plus. Il serait tant de s'y faire. Dans ce domaine, l’Église de France est plus lucide.

 

3 . Un dernier sujet qui fâche : « le ministère de la justice s'attaque à une liberté religieuse connue comme 'l'exception de ministère' qui garantit les employeurs religieux contre tout empiétement de l’État ». Dans ce cas, la « liberté » menacée est une disposition légale excluant des règles communes certains emplois. Et l’empiétement de l’État pourrait se traduire par un gros mot au pays de la libre entreprise : « droit du travail ». Nous connaissons la même difficulté en France et l'on trouve même des syndicalistes conciliants pour valider des chartes permettant à l'employeur (les associations diocésaines, par exemple) de virer à leur convenance des laïcs salariés ! 

 

De là à dire que la remise en cause d'un telle règle (qui peut se comprendre et se défendre) est une « agression », les évêques états-uniens vont un peu loin. L'idée de vivre selon les mêmes règles que les autres devrait les attirer plutôt que de s'en défier. Sauf si les élites catholiques veulent demeurer dans leur splendide isolement, et prêter le flanc aux attaques.

 

Messeigneurs les évêques, vous savez réclamer avec courage l'abolition de la peine de mort. Si vous cherchez d'autres sujets qui heurtent votre conscience catholique et pour lesquels vous souhaitez battre le fer avec la Maison-Blanche, on peut vous aider.

  • le droit de posséder une arme chez soi, source de massacres répétés

  • les budgets militaires qui permettent aux jeunes GI de tuer (ou de mourir) un peu partout sur la planète

  • le camp de Guantanamo dans lequel on détient et torture des prisonniers sans jugement (et que M. Obama avait promis de fermer)...

 

Ou bien prenez exemple sur votre collègue de Mobile (Alabama), qui s'oppose, avec d'autres responsables chrétiens, aux lois de criminalisation des étrangers et de ceux qui leur portent secours.

Il sera plus facile de trouver la bonne référence évangélique dans ce cas, que pour la chasse à la capote.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Incarnare 05/10/2011 20:23


Philippe, je ne suis absolument pas d'accord avec vous.

Pour le 1., il faut savoir que l'Eglise propose dans les pays anglosaxons des services d'assurance (notamment santé) et ne souhaite pas être forcée à rembourser des actes qu'elle réprouve par
ailleurs (IVG, etc.). Indépendamment de votre avis sur la question, c'est un point de vue qui semble cohérent, non ?

Pour le 3., idem : l'Eglise souhaite pouvoir exiger de ses salariés (notamment aux fonctions pastorales) qu'ils soient.. catholiques !

Bref, votre lecture franco-française d'une problématique américaine vous aveugle.


Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens