Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 11:36

 

Mgr Carlo Maria Viganò, ancien numéro deux du Governorat (sic) du Vatican, l'organisme qui gère les biens de l'Etat pontifical, a été nommé en octobre 2011 nonce aux Etats-Unis. Et il en a gros sur la mitre. Dans deux courriers adressés en 2011 au pape et au Secrétaire d'Etat, il avait dénoncé des malversations au sein de cette administration, dont il avait contribué à rétablir spectaculairement les comptes, notamment grâce aux très bonnes entrées du Musée du Vatican. Merci Raphaël ! Merci Michel-Angel !

 

Les missives ont été rendues publiques, la presse s'en est délectée, flairant une affaire potentiellement crapuleuse. Devant le scandale, la Présidence du Governorat a publié le 4 février une déclaration pour récuser les accusations du prélats. Preuve du malaise dans un monde, plutôt habitué au silence.

 

Une chose surprend dans le communiqué officiel. Après un renouvellement de la confiance à l'ensemble de son personnel, le texte se conclut ainsi : « Le Governorat tout entier (…) entend réaffirmer sa ferme volonté de continuer à déployer ses efforts pour servir le Pape, en totale fidélité et intégrité, conscient du grand honneur et des hautes responsabilités que ce service implique. »

 

Ainsi donc, tout ce petit monde serait au service du Pape. Naïvement, je croyais que ces gens dévoués (peu nombreux, mal rémunérés) travaillaient pour l'Eglise, les catholiques, Jésus, l'Evangile, les hommes de bonne volonté, voire, dans le cas précis, les touristes qui donnent leurs euros pour visiter la Chapelle sixtine.

 

Et bien non, ils serviraient un personnage, une figure certes, mais qui n'est qu'un homme et qui n'est pas du genre à se prendre pour plus. L'expression « Servir le pape », même si elle contient bien plus que la personne du pontife, contribue à donner l'image d'un système perpétuant une culte de la personnalité regrettable.

 

Les mousquetaires du Roy et les espions "au service de sa Majesté", on les aime dans les films. Pas dans la vraie vie. Dans la vraie vie, tout le monde sert un projet, un idéal, un peuple. Pas un homme.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anonyme 19/02/2012 19:01

Cher Monsieur,

Je trouve un peu regrettable de se soucier de telles expressions, qui relève de la formule, moins importante encore dans le monde italien de la curie.
Vous le dites vous-même, cela n'est pas très significatif; ou plutôt, le sens est plus grand: au service du pape qui est au service du Christ, c'est être au service du Christ. Avec une précision
qu'apporte la formule: l'obéissance (qui peut-on le rappeler va nécessairement avec la liberté) à l'Eglise et à ses pasteurs, caractéristique catholique il me semble.
Quant au roi, je ne sais ce que vous avez contre les biens rares et peu écoutés royalistes; et de même qu'un serviteur du pape se placerait par là au service du Christ, un serviteur du roi peut se
mettre par là au service du royaume et du Bien commun de ce royaume.

Bien à vous dans la prière.

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens