Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 10:24

 

La désormais fameuse  Prière pour la France du 15 août, proposée par le cardinal André Vingt-Trois aux curés de France, a fait couler beaucoup d'encre.

 

La quatrième intention : « Pour les enfants et les jeunes ; que tous nous aidions chacun à découvrir son propre chemin pour progresser vers le bonheur ; qu’ils cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère » a été vue,à raison, comme une opposition au projet gouvernemental de mariage homosexuel. On trouvera ici un florilège de réactions sur le blog des paroissiens progressistes  ou dans La Croix. 

 

Un sondage, effectué ce mois -ci par l'ifop pour La lettre de l'opinion indique que 45% des catholiques pratiquants sont favorables aux mariages homosexuels et 36% favorables à l'adoption par des couples de même sexe. On peut parler d'une opinion catholique divisée.

 

Le Figaro a demandé son avis à l'autre tête de l'épiscopat français, le cardinal Philippe Barbarin,

Comme toujours, la prose de l'archevêque de Lyon est riche et m'inspire quelques remarques.

 

Tout à fait d'accord avec Philippe Barbarin qui redit en quoi la prière, même pour la chose publique, n'est en rien contrainte par la laïcité, ce que semble refuser certains. C'est devenu récurrent dans les propos d'évêques aujourd'hui : expliquer sans cesse ce qu'est et n'est pas cette foutue laïcité que les gens (et les politiques les premiers) ne comprennent (et ne travaillent) pas.

 

Par contre, je ne suis pas (du verbe suivre) le cardinal dans son couplet « l'heure est grave. C'est une rupture de civilisation ». Pas seulement parce qu'à titre personnel, je n'ai rien contre le mariage gay. Mais cette dramatisation est en contradiction même avec le début de l'interview et son évocation d'une famille rom qui a obtenu un visa de séjour. La civilisation est un danger par endroit, mais non pas là. La mémoire de l'Abbé Pierre, star de l'été, serait-elle déjà oubliée ?

 

Enfin, je m'interroge sur cette phrase lancée par le prélat à nos législateurs : «  Je ne voudrais pas qu'ils se croient la mission de changer le monde ». Comment peut-on croire et encourager le politique comme le font nos épiscopes depuis quelques décennies et tenir un tel propos ! Le cardinal pense-t-il que changer le monde signifie tout mettre par terre dans un fantasme néo-soixante-huitard de type ratzingérien ? Ou que le monde ne peut vivre que selon les règles familiales étroites que défend – un peu seule aujourd'hui – l’Église catholique.

 

Je ferai grâce au cardinal, capable de citer la Bible en donnant le numéro de verset - de quelques passages évangéliques appelant à séparer affaires civiles et religieuses.

 

Pour conclure, et pour nous réconcilier avec les prélats qui tentent de diriger nos âmes, n'oublions pas la première des intentions de prière proposées par l'archevêque de Paris, que je signe avec enthousiasme : « En ces temps de crise économique, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de restrictions diverses et voient l’avenir avec inquiétude ; prions pour celles et ceux qui ont des pouvoirs de décision dans ce domaine et demandons à Dieu qu’il nous rende plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables ».

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens