Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 14:20

D'ordinaire, l'engagement à la virginité m'angoisse plutôt. Pourtant, il est une vocation religieuse que je trouve assez sympa, même si la dénomination n'est pas engageante : les vierges consacrées


Elles sont 400 en France. Vous en avez peut-être croisées sans le savoir, étant donné qu'elle ne portent pas d'uniforme et ne crient pas sur les toits leur engagement. Leur définition officielle : « femme consacrée à Dieu, comme épouse du Christ, au service de l’Église. C'est l’évêque qui la consacre par un rite liturgique public et solennel dans un état de vie définitif. » (1)

Contrairement à la religieuse apostolique, la vierge consacrée n'est pas tenue à vivre en communauté et mène sa vie professionnelle à sa guise, en fonction de ses goûts, de ses études et ses compétences. Elle peut êtres journaliste (celles que je connais ne sont pas rédactrices dans la presse people, n'exagérons pas), universitaire ou cadre d'entreprises.

Les vierges consacrés appartiennent à des Instituts séculiers. Ancienne responsable nationale des ces derniers, Nadège Védié, par ailleurs responsable générale de l'Institut Notre-Dame du Travail, a été élue l'an passé à la tête de la Conférence mondiale des instituts séculiers.

Une vie tournée vers le Christ sans pour autant s'affranchir pas des vicissitudes ordinaires des réalités du travail apporte un vrai plus. Je ne veux pas pour autant dévaluer de milliers de sœurs apostoliques qui travaillent dans la vraie vie. D'autant que, le plus souvent, celles-ci mènent leur projet professionnel en bonne intelligence avec leur congrégation.

Mais les vierges consacrées sont libres d'aller où le vent du travail les portent, en toute discrétion. On retrouve dans cette vocation originale, la belle idée des prêtres au travail et des prêtres ouvriers que Rome a tant de mal à accepter. Hier, parce que la fréquentation des milieux marqués par le marxisme était trop dangereuse. Aujourd'hui, parce on manque trop de personnel célébrant pour laisser partir un candidat loin des sacristies.

J'aime bien également le principe de la présence cachée ou du moins discrète. Alors que certains catholiques prônent la visibilité ostentatoire, les vierges consacrées savent dans leur cœur qu'elles sont là pour servir leur frères en chrétiennes, et cela suffit à leur apostolat.

Et quand le « secret » de ces célibataires particulières est éventé, alors l'échange peut naître librement. Comme hier, les ouvriers découvraient stupéfaits que leur copains de chaînes étaient, aussi, « curés ». Mais d'abord des collègues et des amis.

(1) Je ne reviens pas ici sur l'expression gênante d'épouse du Christ, qui peut faire penser, entre autres, qu'une femme doit être, même symboliquement l'épouse d'un homme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Weboref.fr consultant seo freelance 21/07/2014 09:44

Je ne connaissais pas cet ordre, merci de la découverte!

Françoise 15/06/2013 09:29

L'Opus Dei a sa version de la chose: les numéraires. Sortes d'esclaves corvéables à merci, perpétuellement humiliées, ballottées d'un centre à l'autre de l'Opus Dei, désignées ainsi parce que pas suffisamment issues de milieu fortuné pour être considérées par l'Oeuvre autrement que comme bonnes à tout faire. Même culture du secret, tous ses biens futurs confisqués par le groupe (testament obligatoire en faveur de l'OD avant d'être nommées), une vie de Cendrillon au service permanent des plus riches, peu importe l'heure et le jour.
Faudrait demander aux vierges consacrées si elles doivent comme à l'OD, faire un testament en faveur de l'Eglise pour être nommées. Ainsi si elles ont des fonctions importantes dans la vie civile, c'est le moyen pour l'Eglise d'encaisser un legs conséquent tout en donnant une petite fonction à ces femmes au plan clérical. Mais bien évidemment, elles n'auront pas plus que les religieuses voie au chapitre pour donner leur avis au plan idéologique clérical. Les femmes dans l'Eglise doivent se soumettre au clergé masculin quelle que soit leur demande.
Et quand vous savez que les nominations d'évêques ces dernières années ont amené majoritairement des sympathisants de l'Opus Dei, de la FSSPX, du Renouveau Charismatique, des Légionnaires du Christ, on peut tabler sur des nominations de vierges consacrées tout aussi réactionnaires et fondamentalistes. Pas de quoi fondre d'admiration. Le contexte actuel de l'Eglise étant un rapprochement toujours plus grand avec les plus intégristes, comment pouvoir faire émerger une réforme? Si les prêtres ouvriers ont ouvert l'Eglise à des réalités ignorées, méprisées, les mouvances fondamentalistes depuis 30 ans soutenues par le Vatican sont dans une autre logique et un autre programme qui mise plus sur l'aliénation, la captation de pouvoirs, d'argent.
A des années lumière de l'Evangile.

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens