Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 07:14

Ce n'est pas parce que les règles n'ont pas (encore) changé, qu'ils faut attendre sans bouger. Dans l'effervescence des dernières prises de parole du pape François, apparaissent ça et la des gestes significatifs d'une Église qui met tout sur la table.


Dans La Croix du 9 octobre, on pouvait lire deux informations en ce sens. Le diocèse allemand de Fribourg a publié un document pastoral concernant les divorcés-remariés. Il est question de « processus de discussion pastoral et théologique approfondi », au terme duquel un couple peut, selon La Croix, « prendre 'la décision en conscience' de recevoir tous les sacrements ».


Le même jour, le Saint-Siège annonçait pour octobre 2014 un Synode extraordinaire des évêques sur la famille. Cette structure, rarement convoquée (deux fois depuis Vatican II) et réservée aux sujets graves et pouvant amener à des décisions rapides, est la première décision issue du G8, institué par le pape. Le P. Lombardi, porte-parole du Vatican, a tenté de déminer l'affaire allemande en évoquant « le risque de générer de la confusion » et en rappelant « l'importance ce de faire chemin en pleine communion avec la communauté ecclésiale ».


Mal le coup venu d'Allemagne a fait mouche. On imagine mal finir l'année prochaine sans un avancée sur la question douloureuse de l'accès des divorcés-remariés au sacrement.


En bas de cette double-page du quotidien catholique, une brève indiquait que Mgr Bernard Longley, archevêque catholique de Birmingham, envisageait l'intercommunion entre ses fidèles et les anglicans. Sous Benoît XVI, seul un prélat suicidaire aurait avancer tel projet. Mgr Longley n'est pas un franc-tireur, mais le coprésident de la Commission internationale anglicane-catholique. Aujourd'hui, tout peut se dire et se plaider, surtout sous un pape qui a récemment rendu hommage au souci œcuménique du Concile Vatican II


Toujours le 9 octobre, le pape François consacrait la causerie de l'audience générale place Saint-Pierre à la catholicité. « L’Église est catholique parce qu'elle est une demeure d'harmonie, où unité et diversité se conjuguent pour être richesse. » Filant la métaphorique musicale, le pape explique que « Pour exécuter une symphonie, les instruments doivent jouer à l'unisson, chacun dans son registre, mais sous la direction d'un chef d'orchestre qui créé l'unité harmonique de toutes ces diversités. L'harmonie ne détruit pas le timbre particulier des divers instruments ».

Au maestro, qui pour François n'est autre que l'Esprit, « il nous fait demander de vivre en harmonie, dans l'acceptation de l'autre et de la diversité afin de ne pas tomber dans l'uniformité. Prions donc l'Esprit pour qu'il nous rende toujours plus catholiques! ».


Avec une telle ouverture, aucun dossier hier verrouillé ne peut le demeurer. Et les langues se délient. Enfin

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens