Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 10:46

Comme tous les évêques, le cardinal André Vingt-Trois remettra sa démission au pape, le jour de son soixante-quinzième anniversaire en novembre. Comme nous l'avons déjà écrit dans ce blog (on peut relire ici mon article "Pitié pour nos évêques fatigués"), on peut douter que Rome lui demande de poursuivre, étant donner ses récents soucis de santé.

 

La procédure pour lui trouver un remplaçant est donc en route à Paris, avec le Nonce apostolique, et à Rome. On sait que sur un poste aussi important que l'archevêché de Paris, le pape ne se contente pas de suivre l'avis de ses services sans jeter un œil.

 

À Paris, certains catholiques veulent participer au processus de choix, s'appuyant sur le canon 214, qui indique que « les fidèles ont la liberté de faire connaître aux Pasteurs de l’Église leurs besoins surtout spirituels, ainsi que leurs souhaits ». Le groupe local de la Conférences catholique des baptisées francophones (CCBF) vient d'adresser un courrier à Mgr Luigi Ventura, Nonce apostolique en France (voir ici).

 

Ce groupe espère « un évêque qui aime le monde, qui vive avec le monde. Un évêque qui témoigne de simplicité et d’humilité ». mais aussi « qu’il s’entoure d’une équipe qui fasse souffler un vent d’ouverture, jusqu’à la société civile en quête de sens. Qu’il fasse vivre la communion entre les différentes sensibilités. »

 

Il n'est guère étonnant que la CCBF attende du nouvel archevêque « qu’il soutienne la créativité des laïcs au service de la vitalité de l’Église » L'association rappelle la «chance» du diocèse de Paris d’avoir « un grand nombre de baptisés, femmes et hommes, bien formés ».

 

Ils souhaitent enfin que le successeur du cardinal Vingt-Trois « partage les difficultés et les espoirs de l’ensemble des habitants de la métropole, dans une collégialité à l’échelle des diocèses du Grand Paris ».

 

Dans La Croix (article à retrouver ici, pour les abonnés), Céline Hoyeau nous apprend qu'en 1978, avant de voir arriver son nouveau prélat, le diocèse de Valence avait lancé une « consultation générale des forces vives locales ». Et la journaliste ajoute que la démarche est très rare. Trop rare sans doute.

 

Nul se sait si le Nonce, dont l'enquête est très discrète, va tenir compte de ces remarques et s'il va demander ce que pense ce groupe de laïcs ou d'autres. Quelques nominations ratées ces dernières années – on pense à Mgr Gaschignard, nommé évêque de Dax alors que ses attitudes avec les jeunes étaient déjà connues -, font penser que tous les avis ne sont pas toujours entendus.

 

L'autre question concerne l'origine du futur archevêque. Les deux derniers titulaires étaient issus du clergé parisien. Jean-Marie Lustiger avait succédé en 1981 à l'Aveyronnais François Marty (et son accent rocailleux). Et il a transmis le flambeau à son ancien vicaire (à la paroisse Sainte-Jeanne de Chantal) et ancien vicaire général.

 

Faut-il apporter du sang neuf venu de l'extérieur du périphérique pour diriger le très riche presbyterium ? Ou au contraire est-il nécessaire de connaître les arcanes et les histoires du clergé de la capitale pour mener la barque ? Faut-il investir un prélat déjà en responsabilité ? Les avis sont partagés.

 

Voici quelques questions qui vont occuper l'été de Mgr Ventura. En espérant qu'il n'oubliera pas les laïcs qui, plus encore demain, animeront le diocèse de Paris.


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux indépendant, collaborateur de La Vie ou Bayard Presse. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétit. On peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens