20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 13:18

« Le Pape appelle les chrétiens à sortir de l'enfouissement ». Voici le titre d'une dépêche de Radio Vatican, après l’Angélus du dimanche 16 novembre (lire l’intégralité ici ). Le pape François y avait commenté la parabole des talents (Mt 25, 14-30).


Quand on parle d'enfouissement, et pour critiquer cette posture chrétienne, mon sang de catho de gauche ne fait qu'un tour. Voici que resurgit le fameux procès. Qui plus est de la part de celui qui redonne des couleurs aux enfants du Concile, étouffés par l’ecclésiologie de l'affirmation des années Benoît XVI.


La théorie de l'enfouissement, portée notamment par l'expérience des prêtres ouvriers, consiste à vivre au milieu des gens, notamment dans leur cadre de travail, sans se présenter d'abord comme chrétien. C'est par le témoignage de fraternité en humanité (via l'engagement syndical souvent), l'altruisme et l'attention à l'autre, que peut naître – ou non - l'interrogation sur ce qui pousse ainsi ce camarade particulier. C'est alors que la foi peut être dite. Et c'est ainsi, pensent toujours certains catholiques, que l’Évangile du Christ peut retentir.


Il fallait donc y voir de plus près sur cet appel à « sortir de l'enfouissement ». Et regarder les enseignements tiré par François de cette parabole dans laquelle un « méchant » a enfoui l'argent que son maître lui avait confié sans tenter de le faire fructifier, par peur du risque et par paresse. Écoutons.


« Jésus ne nous demande pas de conserver sa grâce dans un coffre-fort, mais veut que nous l’usions à l’avantage des autres. Tous les biens que nous avons reçus sont faits pour les donner aux autres. C’est comme s’il disait : « Voici ma miséricorde, ma tendresse, mon pardon : prends-les et fais-en un large usage. » Et nous qu’avons-nous fait ? Qui avons-nous « contaminé » avec notre espérance ? Combien d’amour avons-nous partagé avec notre prochain ? Ce sont des questions qui nous feront du bien ! »


Qu'est ce que le pape demande de ne pas cacher ? Sa bannière ? Son croix ? Son étiquette ? Non. François dresse la liste de ce que des croyants dans le Christ doivent partager : miséricorde, tendresse, pardon, espérance, amour. Nul ne dit que ces valeurs pleinement évangélique ne peuvent être porté qu'en arborant avec un T-shirt « je suis catho et fier de l'être ».


« Cette parabole, a dit François, nous encourage à ne pas cacher notre foi et notre appartenance au Christ, à ne pas enfouir la Parole de l’Évangile, mais à la faire circuler dans notre vie, nos relations, dans les situations concrètes, comme une force qui met en crise, qui purifie, qui rénove ».


C'est bien la parole de l’Évangile qu'il ne faut pas enfouir, non le label catho. Et le pape ne prétend pas ici donner la recette unique pour qu'elle soit proclamée, et surtout entendue. Dans certains cas, l'affirmation préalable de son appartenance religieuse et de ses convictions est sans doute un atout pour que le message passe. Dans d'autre, elle peut, on le regrette, provoquer le rejet.


Chacun doit user de son bon sens pastoral. Les prêtres, pour parler d'eux, doivent estimer s'il est plus efficace de de promener en pull-over, en veste avec un croix discrète au revers, avec un col romain ou en soutane. Même si l'on devine ma préférence en la matière.


Le pape est suffisamment au fait des diversités pour ne condamner ici aucune des attitudes pastorales de ceux qui veulent porter la Bonne nouvelle à tous et partout.

Partager cet article

16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 14:46

Je pensais, grand naïf, que les cathos pouvaient au moins s'entendre sur l'idée d'égalité entre les hommes et les femmes. Mes visites sur la toile m'ont fait déchanter. Les organisateurs de deux événements programmés en ce mois de novembre ont décidé d'attaquer la question sur des bases radicalement différentes.


Samedi 15, à Strasbourg, le CCFD Terre solidaire s'est associé avec l’Institut des traducteurs, interprètes et de relations internationales pour proposer un colloque national affichant un intitulé sans équivoque « Égalité Femmes-Hommes, un enjeu de développement » (voir la présentation ici).


On a pu y entendre des militantes venues du Burundi, de Thaïlande et d’Argentine. Ainsi que mon amie Anne Soupa laquelle devait animer un atelier sur les femmes dans la Bible.


Rien n'est surprenant quand on sait que l'ONG catholique accorde beaucoup d'importance à la promotion féminine, ayant compris depuis longtemps que les bonnes pratiques (sociales, hygiéniques, scolaires, démocratiques...) se transmettaient bien mieux et plus vite par les dames que par ces indécrottables messieurs. Et ce sous toutes les latitudes.


Une principe qui ne plaît pas toujours en milieu catholique, lequel, faut-il le répéter, pratique une discrimination sexiste à l'embauche dans ses postes de cadres assez anachronique en milieu occidental.


Il se trouve que, quelque jours après les échanges en Alsace, une grande soirée est annoncée à Marseille. Les promoteurs en sont les frères dominicains qui animent le Centre Cordier. Le 20 novembre, la rencontre est intitulée «L’égalité homme-femme : une invention ou un échec de la société occidentale ? » (voir l'annonce ici).

Changement de ton. L'égalité tant cherchée à Strasbourg se retrouve à Marseille à la barre des accusés. Au mieux, elle n'existe pas. Au pire, elle fut une erreur. Voila qui ne laisse pas grande chance à la prévenue.


Cette fois, pas de militants ou d'experts déjà convaincus mais des responsables politiques de tous bords, et des religieux. On retrouvera l’insubmersible Jean-Claude Gaudin, le héros FN des dernières municipales Stéphane Ravier, et une sénatrice du Front de Gauche, Isabelle Pasquet, dont on se demande comment elle a pu accepter un tel traquenard.


Certes, la sénatrice ne sera pas la seule femme à la tribune. On remarque la présence de Sr. Marie-Madeleine Barrère, Prieure de la Fraternité Notre-Dame des Prêcheurs, communauté dominicaine basée à Pau. On s'attend que cette dernière se comporte en féministe revendicatrice, capable de démonter sans souci le présupposé de la soirée. Et ainsi remettre à leur place tous ses hommes qui voudraient que rien ne change quant à leur pouvoir.

Partager cet article

9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 22:27

Alors que nos évêques ont admiré comme des merveilles la poignée de courageux qui se lancent dans l'aventure périlleuse du sacerdoce presbytéral, de l'autre côté de l'Atlantique, on est passé à l'étape suivante.


Tout le monde sait, depuis des décennies, que l'Eglise catholique en France ne pourra plus (et c'est déjà le cas par endroit) fonctionner selon les règles actuelles. Faute de ministre pour administrer les sacrementts, lesquels sont au coeur de l'expérience catholique.


Jusqu'alors, les réponses apportées ont montré leur innéficacité. Les prières pour les vocations, la sensibilisation auprès de la jeunesse masculine (1), la culpabilisation insidieuse des bonnes familles catholiques. Tout ceci a échoué.


La seule solution efficace est l'importation de prêtres venus d'Afrique, d'Asie et de Pologne (cette dernière filière est en voix d'essoufflement, la baisse des vocations commençant à toucher le pays de Karol Wojtyla). Cette présence, "avec ses atouts et ses défis" (Mgr Pontier, devant la presse) a d'ailleurs été abordée par les évêques lors de leur semaine à Lourdes (voir ici l'article consacré par La Croix à ce dossier). Les prêtres venus d'ailleurs représentent 10% des ministres en exercice dans les diocèses, ce qui n'est pas rien.


On ajoutera, dans une moindre mesure, l'apport des communautés nouvelles comme celle de Saint-Martin. Dans bien des diocèses dans la panade, on s'arrache ces beaux jeunes gens qui affichent la fierté d'être prêtre et qui savent jouer au foot en soutane. Accrochez vous, cher lecteur, je vais dire du bien de la communauté Saint-Martin. Celle-ci a choisi d'envoyer des celulles de plusieurs prêtres en mission, afin de leur éviter de vivre dans la solitude la redoutable confrontation entre l'idéal présenté au séminaire et la réalité du terrain. Ce qui est très pertinent.


Venons-en à notre traversée de l'Atlantique. Quand il apparaît à la loggia de Saint-Pierre le 13 mars 2013, José Mario Bergoglio fait apparaître à ses côtés un prélat brésilien, le cardinal Claudio Hummes. L'ancien préfet de la Congrégation pour le Clergé du Vatican, aujourd'hui archevêque émérite de São Paulo, est toujours actif à 80 ans. Son combat : faire avancer la cause de l'ordination des viri probati (littéralement « hommes expérimentés »), ses fidèles sages, formés, mariés le plus souvent, qui pourraient remplir les fonctions du prêtre, notamment en administrant les sacrements.


Cette idée ne choque pas plus que cela le pape. En effet, une expérimentation dans ce sens a été lancée en Amazonie. L'histoire est racontée, en italien, par la vaticaniste Marco Tosatti de la Stampa (lire ici). Mgr Erwin Kraeutler, missionnaire d'origine autrichienne, évêque de Xingu, a raconté avoir parlé d'un projet audacieux au pape. Ces viri probati pourraient « assurer l'assistance spirituelle » dans une vaste région qui ne compte que 27 prêtres pour 700.000 fidèles et 800 communautés. Lesquelles ne célèbrent l'eucharistie que deux à trois fois par ans !!


Une situation que connaissent depuis longtemps les petites communes rurales et désormais bien des chefs lieu de canton. Penser notre vieille France comme terre de mission et lui donner des cadres légitimes quand on ne peut offrir des prêtres : telle est la révolution psychologique que devraient mener nos évêques. Et sans attendre.


(1) Au point que la question des vocations est intégrée à la pastorale des jeunes dans l'organigramme de l'épiscopat. Comme si les jeunes garçons étaient vu comme des candidats potentiels autant que des chrétiens à accompagner dans leur chemin de foi.

Partager cet article

30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 09:25

Il est encore quelques domaines dans lesquels le pape François n'a pas tout révolutionné au Vatican. La communication reste imprévisible et incohérente.


Onze jours après la clôture du synode extraordinaire des évêques sur la famille (lire ici nos conclusions sur le site de Témoignage chrétien), il est impossible de lire le texte final en français.


Non que celui-ci soit caché aux journalistes. La Conférence des évêques de France n'en disposait pas le 29 octobre, jour où la presse était invitée à entendre les deux évêques tricolores présents : le cardinal André Vingt-Trois, nommé coprésident délégué par le pape, et Mgr Georges Pontier, en tant que président de l'épiscopat national.


Ainsi donc les évêques du synode se sont prononcés uniquement à partir de la version italienne, seule existante alors. On peut se demander si tous avaient le niveau requis dans la langue de Dante.


Le rapport d'étape du cardinal Erdö, le fameux Relatio ante disceptationem (voir le texte intégral ici et notre commentaire, toujours dans Témoignage chrétien, ici ), si critiqué, a lui été disponible immédiatement en français. Ce que le cardinal archevêque de Paris a regretté devant la presse. Pourquoi donc le texte final, bien plus important et plus légitime que le précédent, n'a pas eu cet honneur ?


Il est possible que la Documentation catholique propose une traduction officieuse en français avant le secrétariat du synode, seul habilité à fournir une version officielle.


Ainsi donc il est demandé aux évêques de faire travailler leur fidèles – comme dans le diocèse de Paris (lire ici la lettre adressée aux curés par l'archevêque) – à partir d'un texte disponible uniquement en italien.


Les mauvaises langues pourraient y voir une nouvelle facétie papale : diffuser au mieux les textes les plus audacieux (et faisant hurler les conservateurs) et traîner des pieds pour les documents plus consensuels. Mais ce n'est que médisance et ce blog ne tombera pas dans ce travers bien peu évangélique.


On se contentera de signaler que la pauvreté demandée par François existe dans les services administratif du synode.

Partager cet article

27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 09:18

Anne Soupa et Christine Pedotti, cofondatrices du Comité de la jupe (ici), puis de la Conférence catholique des baptisés francophones (ici), ont annoncé le 23 octobre leur décision d'entreprendre un jeûne eucharistique jusqu'à la deuxième session du synode des évêques. Elle vont se priver volontairement de recevoir le corps du Christ (1). Pour l'occasion, elle ont le blog communion pour tous (ici).


La bibliste et la romancière-essayiste posent ce geste rare pour « entrer en communion avec tous ceux et celles qui sont exclus de ce repas au motif que leur situation matrimoniale et familiale n’est pas conforme aux règles ». Les deux militantes veulent volontairement partager le sort peu enviable des divorcés-remariés et les homosexuels vivant en couple.


Elle se situent dans une situation évoquée lors du récent synode romain : la « communion de désir ». Celle-ci « consiste à s'unir d'intention à la communion eucharistique sans y participer réellement ». C'est dans cette entre-deux, qu'elles jugent « piètre » quand il est un réponse par défaut, qu'elles se placent désormais.


Le blogueur Meneldil Palantir, animateur des Chroniques ardoriennes (à découvrir ici) et proche des deux rebelles, a choisir de suivre également ce chemin. Il annonce dans son billet du 23 octobre (lire ici) l'intention de se rendre désormais à la messe avec un badge arborant « Communion pour tous » ou bien, son choix n'était alors pas encore fait, « Je suis solidaire des exclus de la communion eucharistiques : homosexuels et divorcés remariés ».


Ceci ne l'empêche pas de s'interroger sur les limites d'un geste assez douloureux spirituellement. « Fort pour les catholiques, et sans doute plus généralement pour les chrétiens pratiquants », un jeûne eucharistique demeure « très vide et inutile à tous les autres ». Mais l'auteur explique que le coup est destiné aux autorités et aux fidèles catholiques. Et que dans ce cadre, il « devrait donc toucher son public ».


« Ce n'est pas en nous privant de la communion qu'on l'accordera davantage à d'autres », remarque le blogueur, qui avance toutefois que le « jeûne est aussi un acte de solidarité avec ceux que l'on affame » ?


La notoriété des instigatrices de cette position, et le réseaux qu'elles représentent, va sans doute provoquer un petit mouvement. Ne s'apparentant pas à une grève de la faim, le geste est non-violent. « Nous ne demandons rien à personne », écrivent Anne Soupa et Christine Pedotti, «sinon à Dieu dans la prière qu’il nous éclaire et fasse connaître ce qui est bon pour son Église ».


Un tel boycott de l'eucharistie ne sera pas massif. Mais il témoigne d'une volonté clair de peser dans l'année qui vient. Puisque désormais les réflexions des évêques réunis durant 15 jours à Rome doivent être débattues dans les Églises locales, tout le monde a son mot à dire. Pas seulement les évêques et prêtres.


(1) Le terme de jeûne eucharistique était employé jadis pour exiger de se présenter à jeun pour communier à la messe dominicale.

Partager cet article

14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 09:04

C'est sans doute un réflexe journalistique. Quand je parcours une revue diocésaine, je consacre toujours quelques minutes à l'agenda de l'évêque. Les prélats ont un point commun avec les ministres : ils rendent public leur programme prévisionnel, histoire sans doute de prouver qu'ils travaillent.


Un évêque a rarement l'occasion de s'ennuyer. D'autant que pour (presque) chaque rendez-vous de l'agenda, il faut ajouter la préparation d'un discours ou d'une homélie.


Je me suis attardé sur le programme du mois d'octobre de Mgr Philippe Barbarin (voir ici), publié dans la dernière livraison d’Église à Lyon (1).


Sans surprise, les week-end sont très chargés : un anniversaire d'église, une inauguration de bâtiment, une confirmation, un hommage à un chanoine, la messe de rentrée des étudiants et jeunes professionnels.


En semaine, il faut compter avec le conseil épiscopal (trois séances ce mois-ci) et le conseil presbytéral, avec les réunions avec les LEME (Laïcs en mission ecclésiale) et deux visites au Séminaire inter-diocésain, dont une, le 1er octobre, avec ses collègues de la Province.


Mgr Barbarin, et c'est une chance, est à la tête d'une région pluri-religieuse. Ce qui lui offre la joie de participer à une table-ronde à Vichy pour le centenaire du Temple protestant et d'une réunion du Comité des responsables d’Église à Lyon, récemment mobilisés autour des croyants en danger en Irak.


Personnalité locale qui compte, le Primat des Gaules entretient ses réseaux civils. C'est pourquoi, il a assisté à la cérémonie d'accueil de la nouvelle Procureur auprès de la Cour d'appel et il s'apprête à faire de même pour honorer le nouveau commandant de la Compagnie de Gendarmerie du Rhône et le nouveau Consul général d'Allemagne. Des rencontres plus légères, sans discours, durant lesquelles l'archevêque n'est pas au centre des regards.


Mgr Barbarin, homme de médias, a prévu de s'arrêter par deux fois devant les micros de RCF pour enregistrer ses chroniques. Et il a rencontré la presse locale pour le lancement d'une nouvelle chaire à la Catho, dédiée au théoricien chrétien de l'écologie Jean Bastaire, décédé il y a peu.


Le Cardinal jouit aussi d'une aura internationale. Celle-ci va l'amener à inaugurer les Semaines sociales espagnoles à Alicante le 23 Octobre, après quelques rencontres la veille à Madrid. Trois jours plus tard, direction Rome dans le cadre d'un pèlerinage provincial. Avec une intervention à l'Institut pontifical Jean-Paul II, histoire de rentabiliser le billet d'avion.


Ça sera tout ? Pas du tout ! Le 12 octobre, l'archevêque a achevé une petite semaine de visite pastorale à Bron.


Et il reste une place pour lui et les siens dans ce programme délirant. Le 25 octobre, il doit célébrer un mariage familial. Aucune autre activité ne figure à l'agenda ce jour-là. On espère que les convives auront le bon goût de ne pas trop lui parler boulot.


(1) Cette revue est une des plus réussies du genre. Elle profite du travail d'une équipe de communication, quand des diocèses plus pauvres confient la tache à un prêtre déjà débordé.

Partager cet article

10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 14:35

Samedi 11 octobre, a été organisée au Mans une messe des services publics (voir l'affiche ici), à l'initiative de l'évêque Mgr Yves Le Saux. Sur l'affiche, on peut voir quatre professionnels : un professeur de lycée, une gardienne de la paix, une infirmière à l'hôpital et un chargé d'opération de construction du Conseil général


Le service public et ses agents ont-ils besoin de la sollicitude des autorités catholiques ? Bien sûr, autant que d'autres corps de métiers. L'archevêque de Paris préside bien chaque année une messe des responsables politiques (voir ici). Certaines corporations médicales (médecins, pharmaciens) ou juridiques (avocat, policiers) disposent d'associations de professionnels catholiques et organisent des offices spécifiques.


L’Église doit-elle faire montre d'une tendresse particulière pour le service public? Oui, puisqu'à sa manière, elle en est un. Elle partage avec lui l'universalité et la gratuité. Les pauvres savent bien qu'en dernier ressort, ils pourront toujours pousser la porte d'un service social et/ou d'un presbytère.


L’Église et le service publique se confrontent ensemble à la difficulté de vivre dans une société en crise et dans laquelle la notion du collectif est en péril. L'idée de mutualiser un certain nombre d'offres basiques à l'humanité (soin, éducation, sécurité, eau) recule sous le poids des déficits des caisses publiques et de l'attrait du libéralisme cher aux anglo-saxons. L'idée de diminuer le poids de l’État – et donc des services publics – est à la mode, et pas uniquement dans les têtes de droite.


Le catholicisme doit se rappeler qu'il a inventé, en France et sans doute ailleurs, l'essentiel des grands services publics : les écoles gratuites, les hospices pour les pauvres, la mutualité. Aujourd'hui, l'Église, qui met en avant, dans sa présence pastorale le terme de « service », doit être aux cotés des agents qui perpétuent cette tradition.


Si les relations entre ces deux piliers de la société français sont parfois tendues au sommet, du fait d'un anticléricalisme dépassé toujours bien présent notamment dans les syndicats fort dans le secteur public (CGT, FO), il est est bien autrement au niveau local.


Les associations caritatives chrétiennes (Secours catholique, Saint-Vincent de Paul...) travaillent main dans la main avec les assistantes sociales pour toujours mieux « servir » les plus faibles. Des deux côtés, on connaît les dégâts de désinvestissement financier de l’État ou des collectivités locales dans l'aide social.


Et l' « hôpital de campagne », métaphore utilisée par le pape François comme visage qu'il veut donner à l'Église catholique, est bien une offre de « service public », agissant avec, et jamais en concurrence, avec l'autorité civil qui en a la charge.


On peut souhaiter que dans tous les diocèses, on dise des messes pour le service public, pour ses agents et pour son travail... évangélique.

Partager cet article

30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 09:15

Les séminaristes d'Arte sont de retour. Deux ans après une première saison (voir notre article d'alors ici) qui avait connu un succès inatendu (1,5 millions de téléspectateurs), Ainsi soient-ils (voir ici le site d'Arte ) revient les jeudis sur la chaîne franco-allemande, avec deux épisodes par soir du 2 au 23 octobre (20h50).


L'année au séminaire des Capucins s'annonce difficile. Le charismatique supérieur Étienne Fromenger a cédé sa place, contre son gré, à son adjoint Dominique Bosco. Celui-ci se bat contre ses démons spirituels (la peur du chaos, au séminaire comme ailleurs) et contre une tumeur au cerveau qu'il tente de cacher.


La promotion des séminaristes découverte en 2012 poursuit son parcours chaotique, sans Emmanuel, reparti à ses chantiers archéologiques, et sans José, paraplégique après avoir reçu plusieurs balles dans le dos. Raphaël, le fils d'industriel, Yann, l'ancien chef scout, et Guillaume, tiraillé par son homosexualité, sont bien loin d'avoir tout réglé sur leur vocation.


S'ils ont voulu montrer l’humanité et les questionnements de ces jeunes, les scénaristes ont également opéré des choix dans leur regard sur ce monde étrange. Il s'agit bien pour eux de réaliser un film de télévision et de capter l'intérêt de tous, pas de proposer une vision documentaire sur les futurs prêtres. Nous ne sommes pas sur KTO ou dans un film promotionnel pour le services des vocations. En 2012, le P. Robert Scholtus, ancien supérieur du séminaire des Carmes (Paris), avait noté pour Témoignage chrétien les bons points et les limites de l'exercice (voir ici).


Les médias catholiques dénoncent des partis-pris lesquels, on se doute, ne sont pas à l’avantage de l’Église. Ainsi Bruno Bouvet, de La Croix (voir ici), pointe, au milieu de critiques positives, une « une surexploitation des interrogations sexuelles et affectives ».


La remarque est juste mais très explicable. Le choix du célibat et de la continence demeure incompréhensible et surréaliste pour qui connaît peu le monde catholique. Les séminaristes étant pleinement intégrée dans leur temps et leur monde, la question les taraudent. Et pas uniquement ceux de la série. La sous-estimation de la question serait une faute plus grave que sa minimisation.. en plus d'une erreur stratégique des scénaristes.


On peut rajouter que l'épisode, dans la vrai vie cette fois, autour du mariage homosexuel a montré que la galaxie catholique française était à cran sur la question. La Manif pour tous apparaît dans la série et rajoute de la tension dramatique, notamment avec Guillaume.


Nous partageons davantage la deuxième pique du confrère de La Croix. « Les scénaristes semblent avoir trouvé un plaisir certain à dépeindre de nouveau, et de manière tout aussi caricaturale qu’il y a deux ans, une hiérarchie catholique aux abois, composée d’êtres ambitieux, vils et calculateurs. » Le staff autour du président de la Conférence épiscopale est vraiment gratiné. Il évolue dans des bâtiments grandioses et luxueux, très loin de la réalité de l'immeuble de l'avenue de Breteuil.


Pour autant, l'idée d'avoir présenté l'institution au bord de la banqueroute n'est pas intéressante. Elle met le doigt sur un sujet largement tabou, un des rôles de la fiction. Et l'ambiance décrite n'est pas si éloigné de celle de certains bureaux du Vatican.


Heureusement, dans Ainsi soient-ils comme à Rome, les temps sont en train de changer. Ce n'est pas un hasard si le nouvel homme fort de l'épiscopat français, un provincial dépassé par le pouvoir et apparemment naïf, se révèle rapidement d'une autre trempe que prévu. Et ose dire non à Rome comme prendre le contre-pieds de ses conseillers...


En criant trop à l’exagération, le risque est de s'attaquer surtout au miroir (forcément déformant) que représente l’œuvre de fiction. Car au-delà de la tentation, réelle, de « se payer » l’Église catholique, les scénaristes ont raconté leur perception du corps ecclésial. Loin de l'image d’Épinal d'un monde étanche au trio sexe, pouvoir, argent. Celui qui fait tourner le cinéma, la littérature... et l'humanité en général.


Au crédit des auteurs, le bon visage de l’Eglise catholique de France est assez bien présent à travers la grande générosité des jeunes personnages présentés.


Pour ses réussites et ses outrances, la série d'Arte mérite qu'on y consacre quatre jeudis soir d'octobre

Partager cet article

25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 23:10

Le diocèse de Chicago est le troisième le plus peuplé des États-Unis. Samedi 20 septembre, le pape François a nommé à ce poste prestigieux Mgr Blase Cupich, précédemment évêque de Spokane (État de Washington) et président de l'Association nationale pour l’Éducation catholique. Le futur cardinal, contrairement à son prédécesseur le très conservateur Francis George, semble être bien dans l'esprit d'ouverture de l'évêque de Rome.

É
En 2012, alors que l'épiscopat étasunien bataillait contre la réforme du système de santé promu par le Président Obama (notamment autour du remboursement de l'interruption volontaire de grossesse et de la contraception), l'évêque de Spokane s'était montré plus conciliant. Dans la revue jésuite (et libre) America, il avait écrit un texte intitulé « restons civil ». Il y appelait au dialogue avec l'Administration de Washington, avançant même que la crise offrait une chance de trouver un « terrain commun ». Autrement dit, l'avenir de Mgr Cupich, 65 était clairement bouché sous le pontificat de Benoît XVI ?


Une interview donné à l'hebdomadaire National Catholic reporter (ici) peu après sa récente nomination nous donne à voir un prélat décidé à voir bouger l'Église. « Nous n'avons pas toutes les réponses aux problèmes épineux et aux difficultés auxquels nos devons ans, faire face. Mais cela ne doit pas nous paralyser et nous empêcher d'essayer d'évoluer vers l'avant, car c'est dans l'inconnu profond que nous rencontrer vraiment le Christ ». Aux frontières dirait l'ancien archevêque de Buenos-Aires.


A l'annonce de cette nomination inattendue, après « avoir passé une bonne nuit », et une heure de prière, il raconte avoir réalisé qu'il ne devait pas être inquiet du fait « qu'il allait certainement commettre quelques erreurs ». Comme un être humain normal. Dans la même veine, le nouvel archevêque de Chicago, se définit comme « le fils de ses parents », auprès desquels il a appris qu'il « n'avait pas toute les réponse à toutes les questions, mais que Dieu pourvoie à toutes les situation quand on lui fait confiance ». Du bon sens.


Et de citer le Pape : « Les réalités sont plus fortes que les idées ». Cela sonne comme un slogan facile pour étudiants en école de commerce. Mais de nombreux responsables d'Église fonctionnent rigoureusement à l'envers de ce principe, en tentant de faire rentrer la réalité dans leurs principes. « Le pape nous donne une nouvelle façon d'apprendre, de connaître, de nous informer ». Une modestie qui manifestement plaît à Mgr Cupich.


Le nouvel archevêque a choisi d'être installé à la Cathédrale de Chicago le 18 novembre. Pas uniquement car il s'agit de la fête de la dédicace des basiliques romaines Saint-Pierre au Vatican et Saint-Paul hors-les-murs, mais aussi celle d'une religieuse, Sainte Philippine Duchesne (1), fondatrice des Dames du Sacré-cœur. « Je me souviens du nom de chaque religieuse qui m'a fait la classe. Ma mère pouvait en faire de même lors des dernières années de sa vie ». Un hommage toute simple de la part d'un évêque qui n'oubliera pas ce que l’Église doit aux femmes.

(1) Elle est née1769 à Grenoble et mourut en 1852 aux États-Unis.

Partager cet article

16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 10:13

La grande affaire de l'automne du petit monde catho sera sans contexte le synode des évêques consacrée à la famille, du 5 au 19 octobre prochain. Nous en avons déjà parlé (ici et ici) et ce n'est fini. En attendant d'étudier les idées en présence, l’événement de la semaine passée a été la publication de la liste des participants.


Outre les membres de droits, présidents de conférences épiscopales, responsables de la Curie, supérieurs religieux, on attendait bien sûr les nominations de laïcs. Et la cathosphère s'est réjoui de la présence parmi eux de couples. Pour parler de la famille, rien n'est plus légitime, pense-t-on.


Ce qui n'est pas en évidence chez nous. La Conférence des évêques de France vient de publier un document sur « La préparation au mariage dans le contexte de la nouvelle évangélisation » (voir la présentation ici), fruit du travail d'un groupe ne comportant que des prêtres et des évêques !!!


Revenons au synode romain. Treize couples seront présents comme auditeurs. Sans prise de parole, ce qui est normal puisqu'il s’agit d'un rassemblement d'évêques. Un couple interviendra comme expert. Sébastien Maillard, pour La Croix (10 septembre, lire ici pour les abonnés), précise leur provenance : « responsables d’Équipes Notre-Dame, membres d'un conseil de planning familial « naturel », un couple de médecins engagés dans la pastorale familiale ou d'autres encore investis dans des mouvements d’Église en lien avec la famille ». Bref des couples bien comme il faut, bien dans les clous...


Comme le confrère de La Croix est un journaliste sérieux, il a interrogé « la » référence en matière de féminisme vaticanesque, l'historienne et journaliste Lucetta Scaraffia (voir un portrait d'elle ici, créatrice du supplément féminin mensuel de l'Osservatore romano. D'autant que celle-ci avait été missionnée pour recruter des femmes pour l'assemblée. Et Sébastien Maillard n'a pas été déçu.

« C'est le clergé qui pense en terme de couples mariés, pas le monde laïc, a répondu Mme Scaraffia Un couple en soi ne parle pas. Chacun composant le couple s'exprime, mais il ne le fera pas de la même manière en venant en couple ».


Elle-même divorcée, Lucette Scaraffia pointe une réalité que l'organisation du synode a un peu oublié : la famille est histoire d'individus d'abord, qui tentent et réussissent, ou pas, une aventure à deux. Quand on interroge un couple catholique, l'un parle (l'homme le plus souvent) et son ou sa partenaire acquiesce. La « parole du couple » n'est pas libre, mais d'abord normative. Il ne semble pas nécessaire d'être diplômé de psychologie conjugal pour le sentir.


Les mouvements d’Église peuvent s'interroger sur leur propension à donner des responsabilités à des couples. Mêmes les Équipes Notre-Dame, promotrices d'une spiritualité conjugale. Si deux personnes, aussi proches et complices soient elles, pensent, parlent et agissent pareillement, la suspicion est forte que l'une, dominante, prenne le pas sur l'autre, silencieuse. Une situation qui peut mettre en difficulté le duo. Et ceci au-delà de sa responsabilité ecclésiale.


On ne peut penser que l’Église catholique veuille le moindre mal à cette cellule à qui elle attribue toute les vertus de l'humanité.

Partager cet article

Présentation

  • : Le blog de cathoreve
  • Le blog de cathoreve
  • : Philippe Clanché, journaliste religieux à Témoignage chrétien. Ce blog n'engage que moi. Au menu : émergence d'un catholicisme ouvert, décoincé et qui puisse parler à notre temps. Bon appétitOn peut me suivre sur Twitter : @pclanche
  • Contact

Recherche

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog